Angara, le programme spatial russe à la relance

Le nouveau lanceur spatial lourd russe, Angara 5, réalisera son deuxième vol d’essai en avril 2019. Prévu pour remplacer les lanceurs Proton actuellement utilisés, il devrait aussi donner l’occasion à la Russie de reprendre le contrôle de son programme spatial.

Ce type de lanceur est principalement utilisé pour la mise en orbite de satellites de grande taille ou de modules de stations spatiales. En Russie (comme en URSS avant 1991), cette tâche incombe, depuis 1965, à la gamme de fusées Proton, à bord desquelles ont été lancées les parties les plus massives de la station MIR (1986) et celles de la station spatiale internationale (entre 1998 et 2000). Selon les prévisions de Roscosmos, l’agence spatiale russe, les modèles Angara commenceront à opérer ces « livraisons » à partir de la décennie 2020 et remplaceront progressivement les fusées Proton. Angara 5 (dont le premier essai, globalement réussi, a eu lieu le 23 décembre 2014, près de vingt ans après le début du projet en 1995) peut envoyer une charge de 24,5 tonnes en orbite basse, contre 22 tonnes pour les Proton. Le carburant utilisé respectera en outre les nouvelles normes internationales de toxicité.Le changement de lanceur doit permettre à la Russie de récupérer une pleine souveraineté sur son programme spatial.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Hugo Estecahandy

Dernières nouvelles de la Russie

VK Coin, une cryptomonnaie très politique

Acheter biens et services directement via son réseau social, avec une monnaie propre à celui-ci ? Ce sera sans doute bientôt possible pour la centaine de millions d’utilisateurs de VKontakte (ou VK), le « Facebook russe ».

 

9 avril 2019

Histoire d’Anatoli Kliossov, le premier internaute russe

En 1982, l’URSS est conviée à participer à une conférence internationale en ligne. Un jeune biochimiste, Anatoli Kliossov, va alors profiter de la connexion à internet mise à sa disposition pour discuter avec des internautes du monde entier sans éveiller le moindre soupçon des autorités.

 

12 mars 2019