Émigration : les Russes
à la recherche du paradis

Depuis quelques années, la Russie connaît une nouvelle vague d’émigration. Majoritairement économiques – comme au début des années 1990 –, les raisons du départ sont parfois aussi politiques… comme au temps de l’URSS.

Au 1er janvier 2019, pour la première fois depuis dix ans, le service fédéral des statistques (Rosstat) a constaté une baisse de la population en Russie : le pays compte aujourd’hui 146 793 744 habitants, soit 86 688 de moins que l'année dernière à la même date.

Parallèlement, l’année 2018 a été marquée par une chute record de l’immigration depuis l’effondrement de l’URSS. Au cours des trois premiers trimestres, la Russie a accueilli entre 120 000 et 130 000 nouveaux travailleurs étrangers – soit 42 % de moins qu’en 2017, selon un rapport conjoint de l’Institut de politique économique Gaïdar, de l’Académie russe de l'économie nationale et du ministère de l’Économie.

À la fin de l’année dernière, le président Vladimir Poutine a approuvé un programme intitulé « Stratégie de politique migratoire », dont l’objectif est de favoriser le retour au pays des Russes vivant à l’étranger et des descendants d’exilés. Il est vrai que le constat est sans appel : depuis plusieurs années, la Russie est à nouveau une terre d’émigration. Et la dynamique s’accélère.

Fuite des cerveaux et des millionnaires

Selon Rosstat, 377 000 Russes ont émigré en 2017 – soit trois fois plus qu’en 2012. Au total, en sept ans, 1,7 million de personnes ont quitté le pays pour s’installer à l’étranger.

Ces chiffres sont comparables à ceux enregistrés au moment de l’exode massif consécutif à la disparition de l’URSS. Après 1991, des milliers de personnes ont quitté le pays et son économie en ruine, afin de chercher une situation meilleure, principalement aux États-Unis, en Israël et en Allemagne. Selon les diverses estimations, entre 800 000 et 1,1 million de Russes ont ainsi émigré entre 1989 et 1999.

Toutefois, une enquête du journal en ligne Proekt.Media conclut à une large sous-estimation des chiffres officiels. Ainsi, tandis que Rosstat fait état de 4 694 départs pour l’Allemagne en 2016, les services migratoires de ce pays recensent, pour la même année,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
« Le problème, c’est le manque d’indépendance de la justice »

Le 9 juillet dernier, le tribunal Basmanny de Moscou a prolongé de trois mois la détention provisoire du Français Philippe Delpal, arrêté en février pour escroquerie dans l’affaire Baring Vostok. La décision inquiète le défenseur des droits des entrepreneurs Alexandre Khouroudji.

 

7 août 2019

Ménages russes :
Un endettement bienvenu

L’endettement des Russes va croissant depuis deux ans. En 2018, quelque 15 millions de personnes, soit un emprunteur sur trois, avaient au moins trois crédits en cours de remboursement, soit 12 % de plus que l’année précédente. Le ministre de l’Économie, Maxime Orechkine, tire la sonnette d’alarme.

 

1 août 2019

Protectionnisme :
Les amateurs de vin passent à la caisse

Le 17 juillet, la Douma d’État (la chambre basse du parlement russe) a adopté en première lecture une proposition de loi augmentant la taxation du vin à partir de janvier 2020. La taxe passera de 18 à 31 roubles (de 0,25 à 0,44 euro) par litre de vin tranquille, et de 36 à 40 roubles (de 0,51 à 0,57 euro) par litre de vin pétillant.

 

30 juillet 2019