C’est (encore) Noël !

« C’est Noël dans toute la maison. Ça sent bon le parquet ciré, l’encaustique, le sapin. On a éteint les lampes mais toutes les veilleuses [les veilleuses d’icônes] brûlent. Les poêles ronflent et crépitent. […] Les vitres sont complètement gelées. […] Dans le fond du salon, le sapin se dessine, masse sombre et mystérieuse, tout nu encore, et pourtant déjà différent de celui acheté au marché. La flamme pourpre de la veilleuse palpite à peine au travers, telle une étoile dans la forêt… Mais demain !...* »

Demain, ou plutôt après-demain pour 2019, soit le 6 janvier au soir et le 7 toute la journée, c’est Noël orthodoxe en Russie, le calendrier julien – et non grégorien – rythmant la vie religieuse. Une semaine plus tard, on fêtera « l’ancien Nouvel An ».

Ce « Noël russe », perdu avec la Russie de son enfance, Ivan Chmeliov (Moscou 1873-Paris 1950) le raconte à son petit neveu qui, né en émigration, ne connaît pas ce pays et semble n’avoir, à l’époque en tout cas, aucune chance de le connaître un jour.

Du cerisier au sapin

Avant la conversion de la Russie au christianisme (Xe siècle),

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anne Coldefy-Faucard

Dernières nouvelles de la Russie

Tsars et oligarques : Fabergé, une histoire russe

Avec le ballet classique, le « cocktail » matriochka-balalaïka-vodka et les avant-gardes, les œufs Fabergé sont probablement le produit culturel russe le plus connu dans le monde.

4 janvier 2019