fbpx

Le Rap russe entre en politique

Vladimir Poutine a estimé samedi que le Kremlin devrait prendre en main le rap plutôt que de le censurer. Cette intervention du président russe fait suite à l’arrestation d’un rappeur populaire, Husky, et à plusieurs interdictions de concerts qui ont provoqué de vives réactions dans la jeunesse, mais aussi au sommet de l’État.

Le 21 novembre dernier, à Krasnodar, le concert du rappeur Husky est annulé par les autorités. En réaction, le chanteur monte sur le toit d’une voiture stationnée près de la salle de spectacles et commence à déclamer ses textes. Il est aussitôt arrêté et condamné à douze jours de prison pour trouble à l’ordre public.

L’automne a été chaud pour la scène rap russe. À la suite de plaintes formulées par des organisations parentales, choquées par les allusions explicites à la violence, au sexe et aux drogues contenues dans les textes de rappeurs comme Allj, Husky ou encore Face, une série de concerts ont été interdits dans différentes régions du pays. Parallèlement, les artistes ont subi des pressions : perquisitions, gardes à vue, présence massive de représentants des forces de l’ordre lors des concerts, etc.

Retournement d’opinion

Aujourd’hui comme dans les années 1980, où le pouvoir soviétique prétendait lutter contre la corruption de la jeunesse par les groupes de punk-rock et de heavy metal, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Pelevine, Julien Braun

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Lioudmila Alexeïeva, un adieu unanime

Doyenne du mouvement des droits de l’homme en URSS et en Russie, Lioudmila Alexeïeva est décédée le 8 décembre, à l’âge de 91 ans. Présidente immuable du Groupe Helsinki de Moscou, elle jouissait d’une autorité incontestable dans son pays.

18 décembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne