Le mois saint de Drabadan

Du solstice d’hiver (le 22 décembre) au Nouvel An du calendrier julien (le 13 janvier), la vie économique s’arrête en Russie. Les gens se retrouvent, en famille et entre amis, pour trinquer jusqu’à plus soif.« Allez, il faut que j’aille faire le plein pour le mois saint de Drabadan », concluait mon ami Ivan, début décembre, avant de raccrocher le téléphone. Une heure plus tard, je le retrouvais au supermarché du coin, son caddy rempli de boissons de toutes sortes en prévision des Fêtes. Le genre d’emplettes dont il vaut mieux s’occuper bien à l’avance, tant qu’on a de l’argent, afin de profiter des promotions et d’être sûr de ne pas se retrouver à sec (dans tous les sens du terme) au moment fatidique.« Le mois saint de Drabadan »… La formule, en usage quasi exclusivement auprès de la gent masculine, vient d’une expression familière, « piany v drabadan » – « rond comme un coing » – et doit beaucoup à l’homophonie (d’une providentielle ironie) avec la période du jeûne chez les musulmans, Ramadan. Elle désigne un laps de temps d’une durée variable, entre la mi-décembre et la mi-janvier, au cours de laquelle il est de bon ton de ne pas faire preuve d’une sobriété trop sèche.
« En URSS, les clients des magasins d’électroménager fuyaient comme la peste les biens fabriqués dans les derniers jours de l’année. »
Si les dates exactes du début et la fin de Drabadan font l’objet de querelles parmi les spécialistes et les fêtards, certains signes ne sauraient tromper le béotien. « Je vous propose de nous recontacter après les Fêtes » : ce genre de suggestion, prononcée par une employée de l’administration ou par la secrétaire d’un partenaire économique, indique que les réjouissances ont officieusement commencé. La phrase signifie en substance : « Avec la meilleure volonté du monde, il est impossible d’organiser un rendez-vous avant le 9 ou le 10 janvier ». En effet, à partir de la troisième semaine de décembre, rares sont les responsables et autres directeurs à s’attarder dans les bureaux. La plupart se sont déjà envolés pour Paris, Berlin, Vienne ou New York, afin de fêter le Noël occidental.

Questions de calendrier

Les « vacances du Nouvel An » (le nom officiel de Drabadan) ont beau être profondément ancrées dans les habitudes calendaires des Russes, elles constituent en réalité une tradition toute récente. Un long processus social a été nécessaire avant que ne s’établissent les conditions favorables à l’apparition de ces semaines de beuverie nationale.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Razmakhnine

Dernières nouvelles de la Russie

Le Russe, cet Homo ecologicus

Des poissons dans les rivières, des canards sur les berges, des avenues verdoyantes… Voilà à quoi doivent ressembler les villes russes et leurs banlieues pour la majorité des habitants du pays, et malheur à qui y trouve à redire ! S’il est un sujet qui fait descendre les Russes dans la rue plus facilement que les fraudes électorales et le prix de l’essence, c’est bien l’écologie.

 

5 juillet 2019

Un amour de trottinette

La voiture ? Trop cher. Le vélo ? Trop lourd… Tandis que la Mairie de Paris a décidé de bannir la trottinette de ses trottoirs, pour un nombre croissant de Moscovites, cette dernière fait aujourd’hui figure de moyen de transport idéal. Leur argument : le « sentiment de liberté » procuré par cet objet qui ne nécessite ni permis de conduire ni place de stationnement.

 

7 juin 2019

Fête de Pâques :
L’incontournable œuf orthodoxe

Ce dimanche 28 avril, les orthodoxes fêtent la résurrection de Jésus-Christ et la fin du Grand Carême. Au menu : œufs, koulitch et paskha…

 

26 avril 2019