fbpx

Que faire de Lénine?

Vladimir Petrov, député à l’assemblée législative de la région de Saint-Pétersbourg, vient de proposer la création d’une commission spéciale chargée de résoudre la question de l’inhumation de Vladimir Ilitch Lénine.

C’est l’un des serpents de mer de la vie politique russe de ces trente dernières années. La polémique autour de l’inhumation du guide de la révolution, dont la dépouille est conservée dans un mausolée situé sur la place Rouge, débute en 1989 : au cours du Congrès des députés du peuple d’Union soviétique, le philosophe Iouri Kariakine déclare que la « dernière volonté » de Lénine était d’être enterré dans un cimetière. Il s’agit en réalité d’un mensonge. Depuis, le débat est régulièrement alimenté par de nouvelles déclarations.

« Il te gêne, ou quoi ? »

Faut-il enterrer Lénine définitivement ? Le laisser dans son mausolée ? Certains proposent de transformer le monument de la place Rouge en musée, quand d’autres exigent un référendum pour trancher le débat.

L’historien Andreï Zoubov rappelle que, à chaque fois que la question a été soulevée (et elle l’a été, selon lui, « une bonne vingtaine de fois depuis le début des années 1990 »), le débat est rapidement retombé. « Alors que Mikhaïl Kassianov (Premier ministre de 2000 à 2004, ndlr) évoquait le transfert de Lénine, Vladimir Poutine lui aurait répondu : À quoi bon ? Il te gêne, ou quoi ? », raconte l’historien.

Le centenaire de la révolution d’Octobre a naturellement été l’occasion de raviver les discussions. En mars 2017, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elizaveta Vinkova

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Tuer pour un SMS

Aujourd’hui, des crimes d’honneur sont toujours perpétrés dans le Caucase du Nord. De jeunes femmes, accusées de « comportement inconvenant », sont régulièrement assassinées, souvent à l’arme blanche, par des hommes de leur proche entourage. Telle est la conclusion d’un rapport publié au début de décembre par la fondation Stichting Justice Initiative, qui œuvre, depuis les Pays-Bas, pour l’application du droit international dans le Caucase. Les auteurs de l’étude ont interrogé une centaine d’habitants de trois régions russes, le Daghestan, l’Ingouchie et la Tchétchénie : des connaissances et des proches de victimes, mais aussi des imams, des défenseurs des droits, des juristes, des psychologues, des journalistes et des responsables de la police. Seuls soixante-dix d’entre eux ont accepté de témoigner ouvertement. Les proches des victimes sont les moins enclins à s’exprimer. Les parents, les frères et les sœurs trouvent souvent une justification mensongère à l’absence de la défunte. Même chose du côté des autorités : pour la police, ces crimes relèvent d’ « affaires familiales » qui n’ont rien à faire sur la place publique. Ainsi, sur les trente-trois cas étudiés dans le rapport, quatorze seulement ont été portés devant les tribunaux. Pour l’un d’eux, l’accusé a été relaxé. Dans les treize autres, les condamnations allaient de six à quinze ans de colonie pénitentiaire à régime sévère. Motifs futiles Les crimes d’honneur n’existent ni dans la loi islamique (charia) ni dans le droit coutumier local (adat). […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 décembre 2018
Société

Kaliningrad : Que reproche-t-on à Emmanuel Kant ?

Le concours « Grands Noms de Russie », qui vise à rebaptiser 47 aéroports du pays, s’achève ce 4 décembre. Son déroulement a été perturbé par un incident survenu à Kaliningrad le 27 novembre dernier, où des vandales ont souillé de peinture la plupart des monuments en l’honneur du philosophe allemand Emmanuel Kant, originaire de Königsberg (ancien nom de Kaliningrad). Le nom du philosophe a longtemps fait partie des favoris parmi ceux retenus pour rebaptiser l’aéroport international Khrabrovo de Kaliningrad. Les vandales ont agi de manière réfléchie et ciblée. Il suffit, pour s’en convaincre, de constater que la statue d’Emmanuel Kant, qui se dresse près de l’Université fédérale balte (laquelle porte le nom du philosophe) n’est pas la seule à avoir été saccagée. C’est également le cas de sa tombe, située au pied de la cathédrale de Königsberg, et de la plaque commémorative indiquant, avenue Lénine, l’endroit où se trouvait la maison où était né et avait vécu l’écrivain. Par ailleurs, des tracts ont été dispersés autour de la statue déjà souillée. D’après l’édition locale de la Komsomolskaïa Pravda, ils étaient adressés aux étudiants de l’Université fédérale balte : « Vous étudiez dans des murs portant le nom d’un ennemi ! Kant a trahi la terre russe alors qu’elle l’avait accueilli. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 décembre 2018
International

Poutine, Merkel : ce qu’ils disent l’un de l’autre

Angela Merkel sur Vladimir Poutine et les relations germano-russes « Nos points de vue [avec M. Poutine] coïncident souvent. Pas toujours, je tiens à le souligner, mais nous partageons une même approche de diverses questions politiques. »Interview à la chaîne de télévision allemande ZDF, 24 août 2005 « Nous sommes heureux de la qualité et de la profondeur des relations germano-russes. »Conférence de presse commune avec V. Poutine, Berlin, 1 juin 2012 « Je ne suis pas certaine que M. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

20 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne