Moscou :
la fin de l’automobiliste roi

Quinze millions de personnes vivent dans la capitale russe et au moins autant dans sa banlieue : Moscou souffre des embouteillages depuis vingt-cinq ans. La cause ? Son réseau routier hérité de l’URSS ‒ où la vente libre de voitures à des particuliers était impossible ‒ est saturé. Si, dans les années 2000, les autorités municipales sont parvenues à le décongestionner en construisant de nouveaux axes, elles souhaitent aujourd’hui que les habitants de la mégapole renoncent à la voiture.

Andreï Rogovskoï, 63 ans, major de l’armée russe à la retraite, gare sa voiture devant sa datcha située à 94 kilomètres au sud de Moscou. Il va prendre le train pour se rendre dans le centre de la capitale. Chaque hiver, depuis cinq ans, c’est là qu’il laisse sa Volkswagen Passat de 1993. « Ma voiture ne me sert plus que lorsque je viens ici passer le week-end ou que je pars en voyage, explique l’ancien officier. À Moscou, il est devenu quasi impossible de rouler et de se garer. »
Il y a vingt ans, il aurait été inimaginable pour un Moscovite de tenir de tels propos. Une voiture faisait la fierté de son propriétaire. Tous ceux qui pouvaient se le permettre en achetaient une. À la fin des années 2000, la situation a toutefois radicalement changé : posséder une voiture dans la capitale est devenu bien plus difficile et coûteux.

Des bâtons dans les roues

Depuis l’instauration du stationnement payant à Moscou en 2013 (entre 0,80 et 2,70 euros de l’heure), […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Razmakhnine

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Ce que Moscou respire

Le débat sur l'environnement est central pour les Moscovites, qui suivent attentivement tous les rapports faisant état de dépassements des seuils de pollution. En cause : les rejets toxiques des usines, mais aussi, et surtout – dans une ville où circulent chaque jour des millions de voitures – les gaz d'échappement.

11 octobre 2018
Société

Spetstrassa n°1 : l’autoroute des privilégiés au cœur de Moscou

Datant des années 1950 et reliant la route Mojaïskoїé Chossé à l’avenue Koutouzov et à la Nouvelle Rue Arbat, l’« Autoroute n° 1 », n’est en fait qu’une succession de grandes avenues situées au cœur de Moscou. Conçue à l’origine pour relier les datchas des dirigeants du Parti communiste au Kremlin, elle représente aujourd’hui l’une des artères les plus importantes de la capitale russe. Une artère longue de 20 km, séparée en son milieu par une voie d’urgence, large de trois mètres, destinée à l’origine aux ambulances, aux pompiers ou à la police, mais en réalité utilisée par les hauts fonctionnaires d’État et les proches du pouvoir, souvent au détriment de la sécurité routière.Le 7 mai 2012, lors de la cérémonie d’investiture de Vladimir Poutine, retransmise à la télévision dans tout le pays, le président russe a emprunté la fameuse Spetstrassa n° 1 (en français : tracé spécial) pour se rendre de la Maison Blanche, siège du gouvernement au bord de la Moskova, au Kremlin, qui abrite les services de la présidence. Un trajet qui symbolisait son passage du poste de Premier ministre – qu’il occupait depuis 2008 – à celui de président de la Fédération de Russie. Depuis sa réélection, M. Poutine et le cortège de voitures qui l’accompagne habituellement dans ses déplacements, ont été filmés à plusieurs reprises empruntant cet axe, qui mène aussi à Novo-Ogarevo, la résidence privée du chef de l’État, située à une dizaine de kilomètres du centre de Moscou. Un cortège imposant, composé d’une vingtaine de véhicules en moyenne, et au-devant duquel les plus grandes avenues de la ville, dont la Spetstrassa n° 1, sont vidées préalablement de toute automobile, afin de faciliter son passage et d’assurer la sécurité du président.Le cortège présidentiel sur l’avenue Koutouzov Sens dessus dessous Cette immense artère – qui, selon les tronçons, dispose de huit à dix voies et où les véhicules circulent dans les deux sens – est séparée en son milieu par un couloir d’urgence large de trois mètres, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 mai 2018

Vous êtes actuellement hors ligne