Carton rouge pour les stars du foot russe

Depuis plus de deux semaines, des incidents impliquant les footballeurs Alexandre Kokorine (Zenit Saint-Pétersbourg) et Pavel Mamaïev (FC Krasnodar) alimentent les débats dans les médias russes. Les réactions, sans concession, dépassent largement le cadre du fait divers.L’intérieur d’un café moscovite. Dans un coin, à gauche, un homme en costume déjeune seul. Des jeunes gens s’approchent de lui. Des mots sont échangés. Soudain, l'un d’eux frappe l’homme au visage avec un chaise.La scène, filmée par une caméra de surveillance, a fait le tour des réseaux sociaux et des télévisions russes. Survenue le 8 octobre au matin, elle montre l’agression d’un haut fonctionnaire du ministère de l’Industrie et du Commerce, Denis Pak, par deux footballeurs, Alexandre Kokorine et Pavel Mamaïev. Les deux sportifs ont été arrêtés et incarcérés dans l’attente de leur procès, qui devrait se tenir début décembre. Ils sont inculpés pour vandalisme et violence, des délits sanctionnés par des amendes (proportionnelles aux revenus des condamnés), des travaux d’intérêt général et jusqu’à sept ans de prison. Selon l’avocat de Denis Pak, son client souffre d’une commotion cérébrale à la suite des coups qu’il a reçus ; le préjudice moral lié à l’agression et aux insultes racistes (ciblant les origines coréennes de la victime) reste à déterminer. Et ce n'est pas tout : le même jour, quelques heures avant de s'en prendre au fonctionnaire, les deux footballeurs avaient roué de coups le chauffeur d’une présentatrice de la chaîne Pervy kanal, Vitali Solovtchouk. Ce dernier avait dû être hospitalisé.

Des comportements inadmissibles

Si le procès n’aura lieu qu’à la fin de l’année et si l’enquête n’a pas encore établi exactement le déroulement des faits, notamment le rôle tenu par chacun dans ces agressions, l’opinion des Russes est faite : les deux footballeurs sont cent fois coupables.En premier lieu, c’est le geste même des deux sportifs qui suscite l’indignation. Frapper un homme isolé, répondre à l’invective par la violence physique, se donner en spectacle dans un lieu public ‒ autant d’actes « inadmissibles » unanimement condamnés. Dès la publication des faits dans la presse, les clubs des deux joueurs ont ainsi exprimé la honte et la déception que le comportement de leurs salariés leur inspirait,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julien Braun

Dernières nouvelles de la Russie

D’où vient l’argent du football russe ?

L’affaire Kokorine-Mamaïev, qui agite les médias russes depuis deux semaines, place au cœur des débats la question de l’argent dans le football. Pour la saison 2017-2018, le budget cumulé des seize clubs de la Première Ligue russe atteignait 49 milliards de roubles (environ 726 millions d’euros). Une somme comparable au PIB d’un petit État comme les îles Samoa.

25 octobre 2018

Coupe du monde 2018 : le Comité d’organisation présente son bilan

Trois mois après la clôture de la Coupe du monde de football en Russie, le comité d’organisation dresse le bilan de son impact sur l’économie nationale. Selon ses calculs, l'événement aurait rapporté environ 13 milliards d'euros à l'État. Mais peut-on réellement parler de « succès » sur le plan économique ?

 

24 octobre 2018

Coupe du monde : Les villes organisatrices ont déjà le blues

Avec une soixantaine de matchs, les onze villes organisatrices ont été fortement mises à contribution durant la Coupe du monde. Les demi-finales et les finales ont lieu à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Pour les autres, la compétition est terminée. L’heure est aux souvenirs et le blues guette.

 

Crédits Image : Tom Grimbert13 juillet 2018