Des archères s'entraînent avant leur démonstration. 7 septembre 2018. Crédits : Twitter @EllaMackPhotos

Kirghizstan : La diplomatie des jeux nomades

Du 2 au 8 septembre, au Kirghizstan, s’est déroulée la troisième édition des World Nomad Games dans la station balnéaire de Tcholpon-Ata, au bord du lac Issyk-Koul. Le président turc, Recep Erdogan, invité d’honneur, y a vu un moyen pour la Turquie de se rapprocher des pays de langues turciques d’Asie centrale.

Les deux équipes se tournent autour. Un cavalier américain s’empare de la carcasse de chèvre décapitée de trente-cinq kilos et arrive à la maintenir sous son bras. S’ensuit une furieuse course-poursuite, encouragée par le public. Le Yankee bondit par-dessus sa monture et atterrit la tête la première, avec la chèvre, dans le trou qui figure les buts. La foule hurle de joie, le commentateur, ravi, déclare que les Américains, bons cavaliers, donnent à voir un beau spectacle – même s’ils n’ont marqué que trois fois, et l’autre équipe dix-sept.

Le kok bory est l’une des disciplines phares de cette troisième édition des jeux nomades, apparentée au horseball et, de façon plus lointaine, au polo. Il s’agit pour les cavaliers de s’emparer d’une carcasse de chèvre et d’aller la jeter dans les buts adverses. Si les équipes américaine et française sont loin d’être les favorites, elles amusent beaucoup le public. « C’est une bonne chose pour le tourisme, commente Melisbek uulu Nurzhan, joueur professionnel kirghize. Même si ces pays n’ont pas de tradition nomade, ça fait plaisir qu’ils participent et s’intéressent à nos coutumes.  […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Carole Oudot, Tcholpon-Ata (Kirghizstan)

Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'