Les supporters, un défi pour les commerces et les restaurants de Moscou

Avec l’arrivée des fans de foot étrangers, les établissements du centre de Moscou sont l'objet de tournées d'inspection du Rospotrebnadzor, l'agence fédérale des services sanitaires. L’afflux extraordinaire de touristes entraîne un manque d’effectifs et des difficultés dans l'approvisionnement des restaurants, tandis que les supporters ont le plus grand mal à se faire comprendre du personnel russe. Malgré tout, restaurants, boutiques de souvenirs et magasins d’alimentation gagnent des sommes rondelettes. Nikita Kamitdinov, journaliste pour la revue d’affaires Inc., a interrogé les commerçants du centre-ville sur les difficultés occasionnées par ce déferlement de touristes.Le centre de Moscou, en particulier la rue Nikolskaïa, est saisie par la fièvre footballistique. On y entend à chaque instant des cris dans différentes langues (surtout en espagnol), de la musique et des conversations en mauvais anglais. Malgré la barrière linguistique, les supporters venus des quatre coins du monde n'hésitent pas à fraterniser et à se prendre en photo. Leurs clichés inondent les réseaux sociaux depuis plus deux semaines maintenant.Un Mexicain portant une petite queue de cheval et une épaisse barbe soigneusement entretenue tient dans sa main une bière « Tri Medvedia » [Les Trois Ours]. Il en boit une gorgée, regarde attentivement la bouteille et la photographie avec son téléphone. La bière étant le principal attribut des supporters, les patrons de tous les établissements de restauration se creusent les méninges pour en tirer le plus d’argent possible.
« Dans leur enthousiasme, les supporters sont capables de causer des dégâts partout, et pas seulement dans les cafés et les restaurants. »
La chaîne de restauration rapide KFC sert, par exemple, de la bière pression directement sur sa terrasse. Aujourd'hui, la queue, qui compte déjà une vingtaine de personnes, ne fait que s’allonger. Une pinte coûte 142 roubles (1,94 euro). « C’est gratuit, non ? Alors, qui en veut ? J’en achète trois ! » propose un homme portant un immense drapeau de la Russie. Des jeunes filles refusent en souriant l’offre généreuse.Les tables de la petite terrasse du restaurant Teremok sont jonchées de gobelets de bière en plastique. Pas de nourriture. Bien que les supporters aient déjà réussi à casser deux tables et à voler un pot de fleurs,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Les vingt ans du festival Nachestvié :
Du rock la tête dans les étoiles

Le plus grand festival de rock russe, Nachestvié [« Invasion »], célèbre, du 18 au 21 juillet, son vingtième anniversaire. Cette année encore, plus de deux cent mille personnes sont attendues en rase campagne pour faire la fête.

 

18 juillet 2019

Turbulences chez les pilotes russes

En février 2018, un avion Antonov 148 de la compagnie Saratov Airlines s’écrasait près de Moscou, faisant soixante et onze morts. Le copilote avait obtenu sa licence dans un centre de formation non reconnu par l’Agence fédérale du transport aérien. La journaliste Alexandra Djordjevitch revient sur la question de la formation des pilotes en Russie.

 

4 juillet 2019

Bienvenue à Lioublino :
« le pire quartier de Moscou »

Il y a dix ans, quand le marché de Tcherkizovo, situé dans le nord-est de Moscou, a fermé et déménagé plus au sud, à Lioublino, ce quartier-dortoir est soudain devenu méconnaissable.

 

21 juin 2019