#ImpactJournalism – Une application contre la démence

« Testez votre cerveau en 5 minutes. » Voilà ce que propose Eyemove, une application créée il y a moins de deux ans par un jeune ingénieur russe, Mikhaïl Iantchnikov. Elle permet de détecter, via l’évaluation de mouvements oculaires, certaines maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson.


Réalisable depuis un téléphone portable ou un ordinateur – pourvu qu’il soit équipé d’une caméra haute résolution –, le test est simple : il suffit de suivre des points verts qui apparaissent sur le fond noir de l’écran. L’application enregistre le temps de réaction et la trajectoire oculaire. Les résultats sont ensuite comparés à la base de données d’Eyemove, et la probabilité de maladie neurodégénérative est calculée. Si celle-ci est élevée, le « patient » est dirigé vers un médecin, partenaire de la start-up. L’application a déjà été testée par 500 personnes : chaque cas de démence diagnostiqué par Eyemove a été confirmé par un médecin. Iantchnikov affirme que son application a une fiabilité de 70%. Il aimerait ajouter par la suite d’autres paramètres, tels que la voix ou les mouvements du corps, améliorant ainsi la précision du diagnostic.

« Pour la première fois, il est possible de décoder l’état neurologique d’une personne sans la soumettre à des tests longs et difficiles », s’enthousiasme Laurent Itti, chercheur du département d’Informatique et spécialiste des neurosciences à l’université de Californie du Sud (USC) aux Etats-Unis. Il a participé, en 2012, à la publication d’une étude indiquant que « l’attention naturelle et le mouvement oculaire – comme une goutte de salive – contiennent une signature biométrique de l’individu et l’état de fonctionnement, ou de dysfonctionnement, de son cerveau ».

D’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 50 millions de personnes souffrent de démence dans le monde – 60 à 70% des cas concernent la maladie d’Alzheimer. Ce nombre devrait tripler d’ici à 2050, et atteindre les 152 millions de personnes. Outre le coût élevé qu’entraînent ces maladies – estimé à 818 milliards de dollars par an, soit 1% du produit intérieur brut (PIB) mondial –, la démence pâtit d’un faible taux de prise en charge dû à un défaut de diagnostic, notamment dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, dans lesquels « 90% des personnes concernées ne sont pas conscientes de leur état ».

Le diagnostic proposé par Eyemove n’entraîne aucune douleur physique, il s’effectue à domicile – ce qui est pratique dans un pays comme la Russie, composée de nombreux déserts médicaux, rappelle Iantchnikov – et permet de détecter ces maladies à un stade précoce, ralentissant leur développement. Le coût du test est de 15 dollars. « Si les gens ne paient pas, ils croient que ce n’est pas sérieux », affirme le jeune ingénieur, qui explique ensuite : « J’ai mis toutes mes économies dans cette start-up, je ne veux pas d’investisseur. Les investisseurs vous imposent un calendrier, des résultats. Là il ne s’agit pas d’une application de plus, c’est de la médecine, c’est beaucoup plus compliqué, on ne peut pas suivre un calendrier précis. »

C’est d’autant plus compliqué en Russie, raconte Iantchnikov, où la médecine est particulièrement conservatrice et voit d’un mauvais œil l’intrusion des nouvelles technologies. Au départ, l’aventure Eyemove ne devait durer qu’un an, mais le retard s’est accumulé. « Je pense de plus en plus partir pour l’Europe ou les États-Unis, tous mes amis l’ont déjà fait. C’est beaucoup plus facile pour nous. En Europe, Eyemove aurait été créé en six ou huit mois ; en Russie, le monde médical s’est barricadé. Si je n’ai pas réussi à briser ce mur d’ici le mois de juin, je partirai à l’étranger. Peut-être aux États-Unis ou au Canada », déplore-t-il.

Actuellement, deux personnes travaillent à temps plein pour Eyemove, perfectionnant l’application. Les deux jeunes créateurs manquent de publicité et surtout de médecins pour les recommander et les appuyer : « Pour le moment nous n’avons pas encore assez de légitimité », reconnaît Iantchnikov. Il souligne également la nécessité de trouver plus de laboratoires prêts à se former et à travailler avec cette application, la base de données étant encore trop faible pour automatiser les diagnostics. Il faudra sans doute quelques années supplémentaires avant qu’Eyemove soit pleinement efficient et reconnu.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier

Dernières nouvelles de la Russie

International

Centrafrique : La Russie s’installe dans le pré carré français

Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendu récemment au Congo, au Tchad et en Éthiopie pour évoquer les enjeux de sécurité régionale, en particulier la situation en République centrafricaine. Une situation « tendue, difficile », comme la définit le chef de la diplomatie française, et compliquée par l’arrivée inattendue d’un nouvel acteur politique : la Russie. Le 9 octobre 2017, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, se rend à Sotchi pour y rencontrer Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. Un mois plus tard, la Russie obtient, auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, une levée partielle de l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique et s’engage à fournir 900 pistolets Makarov, 5 200 fusils d’assaut, 140 armes de précision, 840 fusils-mitrailleurs Kalachnikov, 270 lance-roquettes et 20 armes anti-aériennes à la République centrafricaine. Le 26 janvier 2018, le premier cargo d’armes russes arrive à Bangui, accompagné de 175 instructeurs destinés à former les soldats centrafricains à leur maniement. Depuis, la présence russe dans ce pays de 5 millions d’habitants ne cesse d’augmenter. Le président Touadéra a créé la surprise, à la mi-mars, en s’affichant entouré de militaires russes et non des traditionnels Casques bleus rwandais de la MINUSCA (mission onusienne en Centrafrique) censés assurer sa sécurité. Le même mois, Artem Kozhine, porte-parole adjoint du ministère russe des Affaires étrangères, rappelait qu’« en vertu des accords existants, la Russie explorait les perspectives de développement mutuellement bénéfique des ressources naturelles centrafricaines. Les concessions d’exploitation de prospection minière ont commencé en 2018. » Plus récemment, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 juin 2018
Mondial 2018

« Merci les mecs, continuez comme ça ! » : Revue de presse au lendemain de la victoire russe

La Sbornaïa a créé la surprise hier, lors du match d’ouverture de la 21e édition de la Coupe du monde de football, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 juin 2018
International

Mer Caspienne : un bassin à missiles dans un champ de pétrole

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, a récemment annoncé le déménagement de la flottille de la Caspienne du port d’Astrakhan à celui de Kaspiïsk, situé à quelques centaines de kilomètres plus au sud, au Daghestan. 459 millions de roubles (6,3 millions d’euros) seront dépensés pour la construction de cette nouvelle base navale qui devrait être opérationnelle d’ici à 2020. Si les raisons invoquées officiellement sont avant tout d’ordre climatique, les experts s’accordent à dire qu’il s’agit également d’un déménagement stratégique de la flottille, dont l’importance militaire a été démontrée lors de la campagne russe en Syrie. En 1992, suite à l’effondrement de l’URSS, la flottille de la Caspienne, basée à Bakou (Azerbaïdjan) depuis 1867, est transférée en toute hâte dans les ports d’Astrakhan et de Makhatchkala. À l’époque, de nombreux paramètres, empêchant le fonctionnement opérationnel de la flottille, ne sont pas pris en compte. « Astrakhan, c’est la Volga. Elle y gèle pendant cinq mois », rappelle l’amiral Viktor Kravtchenko, ancien chef d’État-major de la marine russe. Et en été, l’eau est parfois trop peu profonde pour que les navires puissent se déplacer. En outre, Astrakhan et Makhatchkala abritent toutes deux des ports commerciaux : il n’est pas rare que la circulation des navires marchands entrave celle de la flottille. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

7 juin 2018