Le Courrier de Russie

Forbes Russia dans la tourmente

A selection of Forbes Magazine covers photographed by Eric Millette San Francisco

Forbes Russia est un des médias les plus respectés et les plus cités en Russie et dans le monde. Ses classements réguliers des hommes d’affaires les plus riches du pays ont notamment servi au Trésor américain pour établir sa liste de sanctions. Mais aujourd’hui, le magazine économique de référence a des ennuis. Alors qu’un scandale entoure le récent renvoi de son rédacteur en chef, on le dit au bord de la faillite. D’où viennent ces difficultés, et menacent-elles l’avenir de Forbes Russia ?

Renvoi pour « absences injustifiées »

Le 9 juin 2018, une nouvelle ébranle le monde de la presse russe : le rédacteur en chef de Forbes Russia, Nikolaï Ouskov, vient d’être renvoyé par le nouveau propriétaire de l’édition russe de la célèbre revue, Alexandre Fedotov. Ce dernier lui reproche des « absences injustifiées », qui constituent une « infraction au règlement intérieur de l’entreprise ». Nikolaï Ouskov, de son côté, dénonce une décision illégale, qu’il attribue à un « conflit de personnes » avec Alexandre Fedotov.

« Selon Nikolaï Ouskov, l’entreprise Forbes Media, propriétaire de la marque Forbes, inquiétée par le scandale, envisage de priver l’édition russe de sa licence »

« La rédaction est victime de pressions [de la part d’Alexandre Fedotov, ndlr], des articles sont retirés et d’autres publiés sur ordre personnel du propriétaire », affirme Nikolaï Ouskov sur sa page Facebook, précisant qu’il compte contester son renvoi en justice et donner à toute l’affaire une résonance médiatique maximale. Il a d’ailleurs « refusé une compensation très généreuse [au moment de son renvoi], de dix fois [s]on salaire », soit environ cent mille dollars, en échange de son silence sur ces méthodes, poursuit-il.

Selon le quotidien russe Vedomosti, les deux hommes étaient en conflit depuis longtemps. Nikolaï Ouskov serait parvenu, dans un premier temps, à empêcher Alexandre Fedotov d’intervenir dans la politique éditoriale, mais leurs relations se seraient envenimées au cours de l’automne 2016, où Forbes a publié un classement des dirigeants d’entreprise les mieux payés de Russie. D’après les sources de Vedomosti, le propriétaire aurait obtenu que soit retirée de l’article la mention du salaire annuel du directeur de la banque publique VTB, Andreï Kostine. […]