La Crimée solde « l’époque ukrainienne »

Vladimir Poutine a inauguré, mardi 15 mai, le pont du détroit de Kertch. Au delà de cet ouvrage prestigieux, construit en seulement trois ans, c'est toute la péninsule de Crimée qui est aujourd'hui en chantier. Un chantier éminemment politique.Au lendemain de l’inauguration officielle du Pont de Crimée, l’ambiance générale dans la péninsule est à l’enthousiasme. Il faut dire qu’après vingt ans de stagnation économique et de détérioration des infrastructures - un temps que les locaux nomment déjà, au passé: « l’époque ukrainienne » -, la Fédération de Russie dépense sans compter pour gagner les cœurs. Depuis le rattachement contesté de la région à Moscou, l’argent et le béton coulent à flot.
« Depuis le temps qu'on l'attendait! »
Pour commencer, ce sont les retraites qui ont été pratiquement multipliées par deux, d’environ 120 à 280 euros mensuels. La différence est de taille pour les très nombreux retraités russes installés en Crimée à l’époque soviétique. Ils sont aujourd’hui les plus ardents soutiens de l'appartenance de leur région à la Fédération de Russie. Pour eux, l’épisode désastreux qui avait vu le Premier ministre Dimitri Medvedev lâcher: « Il n’y a pas d’argent, tenez bon ! », à une vieille dame qui l’interpellait à sa descente d’avion à Simféropol, est bien oublié. Et l’investissement russe ne s’arrête pas là.La construction du Pont de Crimée en est seulement la première vitrine : « Depuis le temps qu’on l’attendait ! 

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Le cinéma fait sa politique

La polémique entourant le film Prazdnik (« la Fête »), interdit en raison d’un traitement trop léger de la Seconde Guerre mondiale et sorti sur internet au début de l’année, témoigne de l'emprise exercée par les autorités russes sur le monde de l’art, selon le réalisateur Alexeï Krassovski.

 

20 février 2019

La culture bouriate en quête d’un avenir

Les Bouriates – l’une des trois grandes ethnies mongoles – sont intégrés à la Russie depuis le XVIe siècle. Mise en péril par des décennies de persécutions et de politique assimilatoire, mal protégée par la législation russe, leur culture est aujourd’hui en danger. Quelques personnes, comme Solbon Sanjiev, chef du Corps des volontaires du Baïkal, une association de pompiers volontaires luttant contre les incendies de forêt, tentent d'enrayer son déclin.

 

10 janvier 2019

Paul Whelan, pion ou espion ?

L’arrestation, survenue le 28 décembre dernier à Moscou, de Paul Whelan, citoyen américain accusé d’espionnage par les autorités russes, vient clôturer une année 2018 riche en affaires semblables entre la Russie et les pays occidentaux.

 

8 janvier 2019