Festival de Cannes : pas de tapis rouge pour Kirill Serebrennikov

Le procès de Kirill Serebrennikov se poursuit à Moscou. Alors que son film Leto (« Eté ») est en compétition à Cannes, le metteur en scène et réalisateur russe est assigné à résidence depuis plus de huit mois, accusé de détournement de fonds publics à hauteur de 133 millions de roubles (1,75 million d’euros). Le Courrier de Russie revient sur une affaire longue et complexe, qui vise manifestement à abattre un homme de théâtre qui fut, un temps, très proche du pouvoir.

« L’affaire du Studio-7 » est le plus gros procès intenté contre le monde du théâtre que la Russie ait connu ces dernières années. Alors que l’enquête a été ouverte en mai 2017, le procès proprement dit n’a toujours pas commencé. Le 19 avril dernier, le tribunal moscovite de l’arrondissement Basmanny, qui juge l’affaire, a prolongé l’assignation à résidence de Serebrennikov jusqu’au mois de juillet. Il y aura alors passé près d’un an.

Comment tout a commencé

En 2011, Kirill Serebrennikov lance l’idée du festival Platforma, afin d’offrir aux metteurs en scène, compositeurs et chorégraphes russes contemporains un espace de création expérimentale. Le concept plaît au président de l’époque, Dmitri Medvedev et, en décembre de la même année, le ministère de la Culture alloue au projet 70 millions de roubles (près d’un million d’euros) annuels de subventions, sur une période de trois ans.

Le réalisateur crée alors, pour toucher les fonds du ministère et organiser le festival, la structure juridique Studio-7, dont il devient l’unique propriétaire.

Les spectacles mis en scène dans le cadre de Platforma plaisent au public. Sur les quelque dix pièces montées chaque année, beaucoup sont récompensées lors du prestigieux festival de théâtre russe Masque d’Or. En 2014, toutefois, les financements publics s’arrêtent, et le projet avec.

« Serebrennikov, d’abord entendu comme simple témoin, affirme ne s’être jamais intéressé à l’aspect financier du projet »

Entre 2011 et 2014, le festival Platforma aura été subventionné à hauteur de 216 millions de roubles au total (près de trois millions d’euros). Ces fonds ou, plus précisément, l’utilisation qu’en a faite le Studio-7, constituent aujourd’hui l’objet principal de ce procès qui s’éternise.

Aveux de la comptable et arrestations

En mai 2017, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Konstantin Manenkov

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

L’Été de Kirill Serebrennikov candidat à la Palme d’or ?

Le film L’Été, qui sera présenté lors du 71e Festival de Cannes, a été monté par le metteur en scène russe Kirill Serebrennikov alors que celui-ci se trouvait assigné à résidence.

8 mai 2018
Société

Noureev : Une première mondiale dans la tourmente

Arrêté le 22 août dernier pour détournement de fonds publics, le célèbre metteur en scène Kirill Serebrennikov vit assigné à résidence dans l’attente de son procès. Il ne devrait donc pas assister à la première mondiale de son ballet Noureev qui se tiendra les 9 et 10 décembre au théâtre Bolchoï. Une première sur laquelle plane une odeur de scandale et qui sera regardée en Russie comme un événement autant politique que culturel. Tout commence le 23 mai dernier, à Moscou, lorsque le domicile et le théâtre (le Centre Gogol) du réalisateur et metteur en scène Kirill Serebrennikov, lauréat du Prix spécial du festival de Cannes en 2016 pour son Le Disciple, sont perquisitionnés par la police. Une perquisition entreprise dans le cadre d’une enquête portant sur le détournement de fonds publics attribués à sa société de production Studio-7. Interrogé par les enquêteurs, le metteur en scène est laissé en liberté. Descente aux enfers Le 22 août, Kirill Serebrennikov est arrêté alors qu’il se trouve alors en plein tournage à Saint-Pétersbourg. Le lendemain, il est placé en résidence surveillée. À l’exception de son avocat et de ses proches, il n’a pas le droit de communiquer avec l’extérieur sans l’accord préalable de la justice russe. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

8 décembre 2017
Culture

Matilda : sortie en salles malgré la pression

Le 26 octobre, le film Matilda, du réalisateur russe Alexeï Outchitel, qui raconte l’histoire d’amour entre la danseuse Mathilde Kschessinska et le futur tsar Nicolas II, est sorti en salles en Russie, malgré la pression des extrémistes orthodoxes. Il y avait du monde, jeudi soir, au cinéma moscovite Cosmos, mais pas foule. Et surtout, pas d’agitation. Les spectateurs n’étaient soumis à aucun contrôle, ni de police ni de sécurité. En somme, rien ne laissait penser qu’on y projetait le film le plus sulfureux et le plus controversé de l’année – Matilda. La salle, de 500 places, était à peine à moitié remplie. Ici, à deux pas du plus grand centre de diffusion télévisuelle du pays et des studios de cinéma Ostankino, le public a fait preuve d’un calme rare : ni applaudissements, ni émotions particulières dans la salle – et encore moins d’incident. Pourtant, il y a seulement quelques semaines, on aurait eu du mal à prévoir une telle indifférence. Notamment quand le ministère russe de l’intérieur a évoqué les mesures de sécurité particulières à adopter lors de la projection de Matilda. On ne semblait pas loin de la menace terroriste… Le 24 octobre, jour de l’avant-première, la police moscovite a arrêté sept activistes orthodoxes près du cinéma Oktyabr, qui organisait la projection. Et le 26, à l’occasion de la sortie nationale, plusieurs régions du pays ont organisé des patrouilles de police à proximité des salles de cinéma. En Transbaïkalie, par exemple, où plusieurs directeurs de salle avaient reçu des lettres de menace. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 octobre 2017