Être prêtre de campagne dans le Grand Nord russe

Au nord de la région de Vologda, Lalsk est une ancienne étape sur la route de la soie qui reliait Arkhangelsk à la Chine, une ville de négociants ayant connu son apogée aux XVIe et XVIIe siècles. Témoignages de sa gloire passée, des maisons bourgeoises en bois ouvragé surmontées de deux grandes collégiales délabrées se partagent, avec des bâtiments préfabriqués soviétiques, la rue Lénine, qui traverse le village de part en part. Le père Roman, curé de ce village de mille cinq cents âmes, nous parle de son histoire et de la place qu’il s’efforce de donner à la religion dans la vie sociale de Lalsk, sorte de miniature d’une Russie qui peine encore à démêler ses deux héritages, communiste et religieux.

Le Courrier de Russie : Comment êtes-vous devenu le prêtre de Lalsk ?

Père Roman : Pour moi, qui suis croyant, il est évident que c’était par la volonté de Dieu. Je suis né dans l’Oural, dans la région de Tcheliabinsk. Mon père était officier, il n’avait pas le droit d’être croyant, mais il était baptisé. […] Je suis né en 1975, et quand j’ai eu 15 ans, en 1990, nous sommes partis en voyage dans l’Anneau d’Or ; nous avons visité des cathédrales et des monastères qui venaient à peine d’être autorisés à rouvrir leurs portes par le gouvernement. Et j’ai été touché profondément. Je n’étais pas baptisé, je suis arrivé dans ces cathédrales, j’ai essayé de me mettre à prier, mais il n’y avait personne pour me guider, pas de prêtre. Il n’y avait aucune église dans notre ville. J’ai ensuite servi deux ans dans l’armée […]. Au cours d’une permission, je suis allé dans la ville voisine, Verkhni Taguil, une petite cité très ancienne. Il y avait une vieille église, c’était un dimanche, et j’ai demandé au prêtre de me baptiser.

Dix ans ont passé. Je travaillais dans une compagnie d’assurance, je suis devenu directeur d’un bureau, puis j’ai lancé ma propre entreprise de courtage d’assurance. J’ai ensuite compris que la vie matérielle autour de moi changeait, mais la vie spirituelle… mon âme voulait quelque chose de plus. On ne peut pas rassasier son âme avec de l’argent ou des plaisirs matériels. […] On voit souvent un milliardaire russe en traîner un autre au tribunal ; ils sont pourtant tous les deux très riches, mais ils se volent entre eux. Un croyant se contente de ce qu’il a, car Dieu est ce qu’il y a de plus important. J’ai tout abandonné, vendu mon appartement, laissé ma société et pris le train pour Kirov, à 32 ans. Je suis allé tout droit au monastère et j’y ai travaillé pendant un an : je déblayais la neige, réparais les clôtures, plantais des arbres… Un an plus tard, j’ai rencontré une chanteuse du chœur de l’église. Nous nous sommes mariés il y a neuf ans. […] Les prêtres, l’évêque, ont commencé à me connaître. Il y a cinq ans, ils ont eu besoin d’un prêtre, ils m’ont fait la proposition et j’ai accepté. Je ne pensais pas que je deviendrais prêtre !

LCDR : Quelle est la particularité de Lalsk ? Pourquoi avez-vous été choisi pour être nommé ici ? […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

À Moscou, les hipsters n’iront pas voter

Les élections du maire de Moscou sont prévues le 9 septembre. Malgré tous les efforts de la municipalité pour stimuler la participation, l’absence d’une réelle concurrence face au maire sortant Sergueï Sobianine, soutenu par le pouvoir, détourne les classes aisées de l’élection. 14H le samedi après-midi, c’est l’heure de pointe au marché Danilovski. Sous la grande coupole de béton qui réverbère les conversations et crée une rumeur permanente, une foule plutôt jeune, composée pour l’essentiel de familles et de couples venus avec leurs enfants en bas âge, arpente les allées entre les magasins de légumes biologiques, les stands vendant des smoothies « détox » à base de mangue et de chou kale et les échoppes proposant, à la mode street food, la cuisine des meilleurs restaurants de Moscou. La concentration de barbes élaborées, de tatouages et de sneakers de marque atteint des niveaux inquiétants.Tracts électoraux et tomates bio Près de l’entrée principale, entre une boutique de kvas artisanal et un maraîcher vendant des produits fermiers russes (du dernier chic en ce moment), un jeune homme distribue à la cantonade prospectus et badges aux couleurs (blanc, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

7 septembre 2018
Politique

Nouvelle Grandeur : La Jeunesse russe sur le devant de la scène politique

Mercredi 15 août, sous des trombes d’eau, une poignée de russes se sont rassemblés au pied du bâtiment de la Cour Suprême pour protester contre l’emprisonnement de deux adolescentes arrêtées pour « extrémisme ». Pour leurs familles et leurs avocats, l’affaire est une manipulation visant à faire un exemple et effrayer les jeunes russes tentés par l’opposition. Le tonnerre gronde depuis plusieurs minutes quand un déluge s’abat sans crier gare sur la Place Pouchkine et disperse en un instant les badauds et les journalistes, presque aussi nombreux que les participants à la manifestation. C’est peu dire que la « Marche des mères » ne démarre pas sous les meilleurs auspices. Depuis la veille au soir et l’annonce par le FSB de la mise en résidence surveillée de Maria Dubovik et Anna Pavlikova, de nombreux participants ont appelé sur les réseaux sociaux à l’annulation de la marche, non autorisée par la mairie de Moscou. Le gros de l’averse passé, la foule reprend lentement possession des lieux. Les manifestants sont quelques centaines, dissimulés sous leurs parapluies, ils se reconnaissent entre eux aux peluches d’enfants qu’ils arborent. Peu à peu, le cortège prend forme. Ni haut-parleurs, ni slogans, ni organisateurs en vue : tout se fait spontanément et dans la confusion. Les rangs restent clairsemés. Les appels à l’annulation de la marche ont fait leur œuvre. Parmi les manifestants, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 août 2018
Culture

Konstantin Tchaïkine, l’imagination au poignet

Montres illustrant le calendrier hébraïque ou musulman, incorporant un mécanisme de cinéma, où dont les aiguilles semblent flotter dans les airs… À la rencontre de Konstantin Tchaïkine, horloger autodidacte de génie, qui nous accueille dans son atelier au cœur d’une banlieue industrielle de Moscou. Au sud de Moscou, dans l’une de ces anciennes banlieues industrielles que la ville a gobées, les barres d’immeubles impersonnelles alternent avec les friches industrielles où cohabitent à présent, de façon assez inattendue, des garages de réparation de voitures et des salons de beauté un peu glauques. L’atelier de Konstantin Tchaïkine y fait figure d’incongruité absolue. Dans une rue au trottoir trop étroit, obliquez à droite en contournant une barrière automatique, pataugez dans la gadoue sur un chemin de terre défoncé, débouchez sur un terrain vague rempli de carcasses de voitures… et vous tomberez nez-à-nez avec un coquet pavillon résidentiel de couleur jaune pâle. « Mettez des patins ! » vous houspille le garde à l’entrée, à peine le pas de la porte franchi. Drôle d’endroit pour celui qui est sans doute le meilleur horloger de Russie. Konstantin Tchaïkine crée des choses étonnantes. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 août 2018
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'