fbpx

Être prêtre dans le Grand Nord russe

Au nord de la région de Vologda, Lalsk est une ancienne étape sur la route de la soie qui reliait Arkhangelsk à la Chine, une ville de négociants ayant connu son apogée aux XVIe et XVIIe siècles. Témoignages de sa gloire passée, des maisons bourgeoises en bois ouvragé surmontées de deux grandes collégiales délabrées se partagent, avec des bâtiments préfabriqués soviétiques, la rue Lénine, qui traverse le village de part en part. Le père Roman, curé de ce village de mille cinq cents âmes, nous parle de son histoire et de la place qu’il s’efforce de donner à la religion dans la vie sociale de Lalsk, sorte de miniature d’une Russie qui peine encore à démêler ses deux héritages, communiste et religieux.

Le Courrier de Russie : Comment êtes-vous devenu le prêtre de Lalsk ?

Père Roman : Pour moi, qui suis croyant, il est évident que c’était par la volonté de Dieu. Je suis né dans l’Oural, dans la région de Tcheliabinsk. Mon père était officier, il n’avait pas le droit d’être croyant, mais il était baptisé. […] Je suis né en 1975, et quand j’ai eu 15 ans, en 1990, nous sommes partis en voyage dans l’Anneau d’Or ; nous avons visité des cathédrales et des monastères qui venaient à peine d’être autorisés à rouvrir leurs portes par le gouvernement. Et j’ai été touché profondément. Je n’étais pas baptisé, je suis arrivé dans ces cathédrales, j’ai essayé de me mettre à prier, mais il n’y avait personne pour me guider, pas de prêtre. Il n’y avait aucune église dans notre ville. J’ai ensuite servi deux ans dans l’armée […]. Au cours d’une permission, je suis allé dans la ville voisine, Verkhni Taguil, une petite cité très ancienne. Il y avait une vieille église, c’était un dimanche, et j’ai demandé au prêtre de me baptiser.

Dix ans ont passé. Je travaillais dans une compagnie d’assurance, je suis devenu directeur d’un bureau, puis j’ai lancé ma propre entreprise de courtage d’assurance. J’ai ensuite compris que la vie matérielle autour de moi changeait, mais la vie spirituelle… mon âme voulait quelque chose de plus. On ne peut pas rassasier son âme avec de l’argent ou des plaisirs matériels. […] On voit souvent un milliardaire russe en traîner un autre au tribunal ; ils sont pourtant tous les deux très riches, mais ils se volent entre eux. Un croyant se contente de ce qu’il a, car Dieu est ce qu’il y a de plus important. J’ai tout abandonné, vendu mon appartement, laissé ma société et pris le train pour Kirov, à 32 ans. Je suis allé tout droit au monastère et j’y ai travaillé pendant un an : je déblayais la neige, réparais les clôtures, plantais des arbres… Un an plus tard, j’ai rencontré une chanteuse du chœur de l’église. Nous nous sommes mariés il y a neuf ans. […] Les prêtres, l’évêque, ont commencé à me connaître. Il y a cinq ans, ils ont eu besoin d’un prêtre, ils m’ont fait la proposition et j’ai accepté. Je ne pensais pas que je deviendrais prêtre !

LCDR : Quelle est la particularité de Lalsk ? Pourquoi avez-vous été choisi pour être nommé ici ? […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Le cinéma fait sa politique

La polémique entourant le film Prazdnik (« la Fête »), interdit dans les salles en raison d’un traitement trop léger de la Seconde Guerre mondiale et sorti sur internet au début de l’année, témoigne de l’emprise exercée par les autorités russes sur le monde de l’art, selon le réalisateur Alexeï Krassovski.LCDR : Vous attendiez-vous à une telle polémique autour de votre film ?Alexeï Krassovski : Je me doutais qu’il provoquerait de l’indignation, et qu’il y aurait des interdictions. Mais de là à avoir de nouveaux ennuis tous les jours, à ce que des cosaques débarquent à la première, que mes téléphones soient mis sur écoute, que deux enquêtes criminelles soient ouvertes, l’une pour « extrémisme » et l’autre sur le financement du film… non, jamais je ne me serais douté d’une chose pareille.LCDR : Des cosaques ont empêché la projection de votre film… ?A. K. : Oui, à Saint-Pétersbourg, dans plusieurs salles qui avaient accepté de nous diffuser. Des cosaques sont arrivés et ont empêché la projection sans que la police intervienne. Ils sont restés là plusieurs heures à brailler, à exiger que le film soit interdit. Pendant le tournage, l’alarme incendie a été déclenchée au cours d’une séance de prise de son. On nous a aussi coupé le courant… et finalement, on a changé les serrures du local que nous avions loué, et on nous a jetés dehors. Bien entendu, nous n’avons pas pu récupérer notre matériel. C’est comme cela que le pouvoir lutte contre le cinéma indépendant.« Quel que soit le sujet choisi, si un film va à l’encontre de la ligne du Parti, il sera interdit. »LCDR : Votre film parle de la bassesse de certains privilégiés et prend pour exemple le train de vie de l’élite soviétique pendant le blocus de Leningrad (872 jours entre 1941 et 1944). Pourquoi avoir pris pour toile de fond cet événement historique sensible, alors que le sujet est, somme toute, universel ?A. K. : N’allez pas croire que l’on interdit uniquement les films historiques : on ne peut pas non plus parler du présent. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

20 février 2019
Société

La culture bouriate en quête d’un avenir

Les Bouriates – l’une des trois grandes ethnies mongoles – sont intégrés à la Russie depuis le XVIe siècle. Mise en péril par des décennies de persécutions et de politique d’assimilation, mal protégée par la législation russe, leur culture est aujourd’hui en danger. Quelques personnes, comme Solbon Sanjiev, chef du Corps des volontaires du Baïkal, une association de pompiers volontaires luttant contre les incendies de forêt, tentent d’enrayer son déclin.Quand Solbon Sanjiev parcourt en voiture les routes forestières de sa Bouriatie natale, il interrompt régulièrement sa conduite pour esquisser un signe de la main droite, paume levée, comme un salut. C’est un signe religieux, effectué au passage d’un site sacré. Parfois, sans un mot, il baisse à demi la vitre du véhicule et jette à l’extérieur quelques graines qu’il vient de sortir du vide-poche. Rien n’indique ces lieux. Il faut les connaître pour savoir comment les honorer de ces gestes millénaires venus de la culture tengriste, l’antique religion animiste du peuple mongol, mêlée de bouddhisme et de chamanisme, dont le lac Baïkal est la mer sacrée. C’est de cette culture que proviennent les rubans aux couleurs vives que l’on aperçoit régulièrement le long des routes, noués aux troncs des arbres.rubans traditionnels noués autour des arbres. Crédit Strana.ruCes rubans sont un symbole en péril. Sur les réseaux sociaux notamment, des voix s’élèvent pour dénoncer une pratique perçue comme polluante. L’argument a le don d’exaspérer Solbon : « Alors, on peut couper les arbres n’importe comment et jeter ses ordures dans la forêt, mais quelques rubans de couleur, c’est de la pollution ? C’est à cause de telles âneries que la culture bouriate disparaît ! »Les Bouriates ne représentent que 31 % de la population de leur république, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 janvier 2019
International

Paul Whelan, pion ou espion ?

L’arrestation, survenue le 28 décembre dernier à Moscou, de Paul Whelan, citoyen américain accusé d’espionnage par les autorités russes, vient clôturer une année 2018 riche en affaires semblables entre la Russie et les pays occidentaux.Le 28 décembre dernier, les agents des services de sécurité russes (FSB) appréhendent dans une chambre de l’hôtel Metropol, à Moscou, Paul Whelan, 48 ans, citoyen américain en visite dans le pays. Accusé d’espionnage, il est aussitôt incarcéré dans la prison de Lefortovo. Une fois la nouvelle de son arrestation rendue publique (le 31 décembre), des détails concernant la biographie de l’espion présumé font rapidement surface dans les médias russes : ancien marine engagé dans l’armée américaine, Paul Whelan aurait effectué plusieurs missions en Irak avant d’être renvoyé de l’armée pour vol. Il se serait ensuite reconverti dans la sécurité privée. Venu cette fois-ci en Russie pour assister au mariage d’un ami, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

8 janvier 2019

Vous êtes actuellement hors ligne