Être prêtre dans le Grand Nord russe

Au nord de la région de Vologda, Lalsk est une ancienne étape sur la route de la soie qui reliait Arkhangelsk à la Chine, une ville de négociants ayant connu son apogée aux XVIe et XVIIe siècles. Témoignages de sa gloire passée, des maisons bourgeoises en bois ouvragé surmontées de deux grandes collégiales délabrées se partagent, avec des bâtiments préfabriqués soviétiques, la rue Lénine, qui traverse le village de part en part. Le père Roman, curé de ce village de mille cinq cents âmes, nous parle de son histoire et de la place qu’il s’efforce de donner à la religion dans la vie sociale de Lalsk, sorte de miniature d’une Russie qui peine encore à démêler ses deux héritages, communiste et religieux.

Le Courrier de Russie : Comment êtes-vous devenu le prêtre de Lalsk ?

Père Roman : Pour moi, qui suis croyant, il est évident que c’était par la volonté de Dieu. Je suis né dans l’Oural, dans la région de Tcheliabinsk. Mon père était officier, il n’avait pas le droit d’être croyant, mais il était baptisé. […] Je suis né en 1975, et quand j’ai eu 15 ans, en 1990, nous sommes partis en voyage dans l’Anneau d’Or ; nous avons visité des cathédrales et des monastères qui venaient à peine d’être autorisés à rouvrir leurs portes par le gouvernement. Et j’ai été touché profondément. Je n’étais pas baptisé, je suis arrivé dans ces cathédrales, j’ai essayé de me mettre à prier, mais il n’y avait personne pour me guider, pas de prêtre. Il n’y avait aucune église dans notre ville. J’ai ensuite servi deux ans dans l’armée […]. Au cours d’une permission, je suis allé dans la ville voisine, Verkhni Taguil, une petite cité très ancienne. Il y avait une vieille église, c’était un dimanche, et j’ai demandé au prêtre de me baptiser.

Dix ans ont passé. Je travaillais dans une compagnie d’assurance, je suis devenu directeur d’un bureau, puis j’ai lancé ma propre entreprise de courtage d’assurance. J’ai ensuite compris que la vie matérielle autour de moi changeait, mais la vie spirituelle… mon âme voulait quelque chose de plus. On ne peut pas rassasier son âme avec de l’argent ou des plaisirs matériels. […] On voit souvent un milliardaire russe en traîner un autre au tribunal ; ils sont pourtant tous les deux très riches, mais ils se volent entre eux. Un croyant se contente de ce qu’il a, car Dieu est ce qu’il y a de plus important. J’ai tout abandonné, vendu mon appartement, laissé ma société et pris le train pour Kirov, à 32 ans. Je suis allé tout droit au monastère et j’y ai travaillé pendant un an : je déblayais la neige, réparais les clôtures, plantais des arbres… Un an plus tard, j’ai rencontré une chanteuse du chœur de l’église. Nous nous sommes mariés il y a neuf ans. […] Les prêtres, l’évêque, ont commencé à me connaître. Il y a cinq ans, ils ont eu besoin d’un prêtre, ils m’ont fait la proposition et j’ai accepté. Je ne pensais pas que je deviendrais prêtre !

LCDR : Quelle est la particularité de Lalsk ? Pourquoi avez-vous été choisi pour être nommé ici ? […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Quand les Soviétiques inventaient le cinéma en 3D

Fondé en 1929 pour équiper en caméras la jeune industrie cinématographique soviétique, l’Institut expérimental de cinématographie a inventé le cinéma en trois dimensions dès les années 1940. Aujourd’hui, le laboratoire survit grâce à des commandes privées, tandis que les prototypes prennent la poussière dans un vieil immeuble stalinien du centre de Moscou. C’est l’un de ces grands ensembles néo-classiques staliniens que l’on trouve à travers Moscou, avec ses arches monumentales, ses colonnades en brique beige et ses bas-reliefs défraîchis à la gloire du prolétariat. Alentour, de vastes esplanades, de larges artères encombrées de voitures et des rues baptisées en l’honneur des héros du travail socialiste. Nous sommes dans la Moscou stalinienne, celle du soviétisme triomphant d’après-guerre. L’Institut scientifique expérimental de cinématographie et de photographie (NIKFI) y occupait autrefois un bâtiment entier, juste en face de l’académie des cadres du Parti communiste de l’Union soviétique. Aujourd’hui, cette dernière est devenue une université d’économie, tandis que le NIKFI s’est ratatiné. Seuls deux étages d’une petite aile de lui sont réservés, dans un édifice qu’il partage désormais avec un centre d’affaires, une banque, deux restaurants japonais, une pizzeria et une agence de voyages. Si l’immeuble date des années 1950, l’histoire du NIKFI remonte à la fin des années 1920. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

9 novembre 2018
Société

Explosion en Crimée : ce que l’on sait

Les faits Mercredi 17 octobre, vers midi, une bombe artisanale explose dans un institut technique de la ville de Kertch. L’explosion est suivie d’une fusillade. Le bilan humain s’établit à 19 morts et 47 blessés, dont plusieurs sont dans un état critique.L’état d’urgence est proclamé à Kertch et la surveillance du Pont de Crimée renforcée. Des blindés sont déployés dans les rues.Sur les réseaux sociaux russes, la thèse de l’attentat est aussitôt évoquée. Le sénateur russe Franz Klintsevitch parle d’une éventuelle « piste ukrainienne »,[…] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 octobre 2018
Politique

À Moscou, les hipsters n’iront pas voter

Les élections du maire de Moscou sont prévues le 9 septembre. Malgré tous les efforts de la municipalité pour stimuler la participation, l’absence d’une réelle concurrence face au maire sortant Sergueï Sobianine, soutenu par le pouvoir, détourne les classes aisées de l’élection. 14H le samedi après-midi, c’est l’heure de pointe au marché Danilovski. Sous la grande coupole de béton qui réverbère les conversations et crée une rumeur permanente, une foule plutôt jeune, composée pour l’essentiel de familles et de couples venus avec leurs enfants en bas âge, arpente les allées entre les magasins de légumes biologiques, les stands vendant des smoothies « détox » à base de mangue et de chou kale et les échoppes proposant, à la mode street food, la cuisine des meilleurs restaurants de Moscou. La concentration de barbes élaborées, de tatouages et de sneakers de marque atteint des niveaux inquiétants.Tracts électoraux et tomates bio Près de l’entrée principale, entre une boutique de kvas artisanal et un maraîcher vendant des produits fermiers russes (du dernier chic en ce moment), un jeune homme distribue à la cantonade prospectus et badges aux couleurs (blanc, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

7 septembre 2018