« La défense des plus démunis devrait être la première mission de l’Église »

L’ampleur avec laquelle le pays célèbre les fêtes religieuses ces dernières années témoigne de la place grandissante et de l’influence croissante de l’Église orthodoxe russe en tant qu’institution sociale. Comment l’Église en est-elle venue à assumer ce rôle et à quels défis est-elle confrontée ? Le Courrier de Russie s’est entretenu avec le protodiacre Andreï Kouraïev, théologien et philosophe.LCDR : L’effondrement de l’URSS et de son athéisme idéologique remonte à plus d’un quart de siècle. Mais l’influence croissante de l’Église orthodoxe russe dans la vie publique n’est perceptible que depuis une quinzaine d’années. Comment expliquez-vous ce décalage ?Andreï Kouraïev : C’est notamment parce que le pouvoir et une certaine partie de la société ont fait un « calcul » : dans le contexte de crise identitaire qui a suivi la dislocation de l’URSS, ils ont estimé que seule l’orthodoxie pouvait devenir la nouvelle idéologie officielle. Et l’Église a volontiers accepté de jouer le jeu, oubliant que sa mission en tant qu’institution sociale était quelque peu différente des objectifs idéologiques, des appétits et des rêves de l’État.
« À la différence du Tsar de toutes les Russies, le président de la Fédération n’a pas à prendre en charge la prospérité de l’Église »
LCDR : Vous n’êtes pas d’accord avec la façon dont l’Église comprend sa mission aujourd’hui ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Nouvelle Russie,
nouvelle démographie

Selon une étude commandée par l’agence RIA Novosti, en 2018, la population russe est en baisse pour la première fois depuis dix ans, les flux migratoires ne parvenant pas à compenser la diminution de la natalité. Le pays compte aujourd’hui un peu plus de 146 millions d’habitants, soit environ 100 000 de moins qu’en 2017.

 

23 mai 2019

Oleg Viouguine : « Un rouble insensible à Trump et au cours du pétrole »

Depuis le début du printemps, le cours du rouble fait l’objet de nombreux commentaires et de prévisions contradictoires. L’ancien vice-président de la Banque centrale de Russie, Oleg Viouguine, se montre, quant à lui, plutôt optimiste.

 

22 mai 2019

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019