Le MKU, un club de foot amateur, à deux pas de l’hôtel des Bleus

Une heure et demie d’un train de banlieue étonnamment moderne, suivie d’une demi-heure d’un bus étonnamment déglingué. Par la fenêtre défilent des forêts de sapins et de bouleaux, des friches industrielles, des rivières en train de dégeler et quelques dernières plaques de neige à l’ombre des datchas. Les noms des arrêts de train et de bus fleurent bon le Podmoskovié, la région de Moscou : Anikeïevo, Pavchino, 50e Kilomètre… Kostrovo. Nous sommes près d’Istra, dans une région très appréciée des Moscovites aisés, où poussent des « villages de cottages », barricadés derrière des murailles de tôle, de béton ou de briques, selon les moyens des propriétaires.

Kostrovo ressemble à tous les gros villages de la région de Moscou : coupé en deux par une « Rue centrale » dont on devine qu’elle s’est appelée un jour « Rue Lénine ». On y trouve une vingtaine de petits immeubles préfabriqués de quatre étages, une administration locale, une clinique devant laquelle un panneau accusateur proclame : « L’avortement est un infanticide légal ! », quelques magasins, un café diffusant des clips de rap russe à longueur de journée et une Maison de la Culture gardée par une babouchka revêche dont la politesse a disparu en même temps que l’Union soviétique. Juste à l’entrée du village, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Explosion en Crimée : ce que l’on sait

Les faits Mercredi 17 octobre, vers midi, une bombe artisanale explose dans un institut technique de la ville de Kertch. L’explosion est suivie d’une fusillade. Le bilan humain s’établit à 19 morts et 47 blessés, dont plusieurs sont dans un état critique.L’état d’urgence est proclamé à Kertch et la surveillance du Pont de Crimée renforcée. Des blindés sont déployés dans les rues.Sur les réseaux sociaux russes, la thèse de l’attentat est aussitôt évoquée. Le sénateur russe Franz Klintsevitch parle d’une éventuelle « piste ukrainienne »,[…] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 octobre 2018
Politique

À Moscou, les hipsters n’iront pas voter

Les élections du maire de Moscou sont prévues le 9 septembre. Malgré tous les efforts de la municipalité pour stimuler la participation, l’absence d’une réelle concurrence face au maire sortant Sergueï Sobianine, soutenu par le pouvoir, détourne les classes aisées de l’élection. 14H le samedi après-midi, c’est l’heure de pointe au marché Danilovski. Sous la grande coupole de béton qui réverbère les conversations et crée une rumeur permanente, une foule plutôt jeune, composée pour l’essentiel de familles et de couples venus avec leurs enfants en bas âge, arpente les allées entre les magasins de légumes biologiques, les stands vendant des smoothies « détox » à base de mangue et de chou kale et les échoppes proposant, à la mode street food, la cuisine des meilleurs restaurants de Moscou. La concentration de barbes élaborées, de tatouages et de sneakers de marque atteint des niveaux inquiétants.Tracts électoraux et tomates bio Près de l’entrée principale, entre une boutique de kvas artisanal et un maraîcher vendant des produits fermiers russes (du dernier chic en ce moment), un jeune homme distribue à la cantonade prospectus et badges aux couleurs (blanc, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

7 septembre 2018
Politique

Nouvelle Grandeur : La Jeunesse russe sur le devant de la scène politique

Mercredi 15 août, sous des trombes d’eau, une poignée de russes se sont rassemblés au pied du bâtiment de la Cour Suprême pour protester contre l’emprisonnement de deux adolescentes arrêtées pour « extrémisme ». Pour leurs familles et leurs avocats, l’affaire est une manipulation visant à faire un exemple et effrayer les jeunes russes tentés par l’opposition. Le tonnerre gronde depuis plusieurs minutes quand un déluge s’abat sans crier gare sur la Place Pouchkine et disperse en un instant les badauds et les journalistes, presque aussi nombreux que les participants à la manifestation. C’est peu dire que la « Marche des mères » ne démarre pas sous les meilleurs auspices. Depuis la veille au soir et l’annonce par le FSB de la mise en résidence surveillée de Maria Dubovik et Anna Pavlikova, de nombreux participants ont appelé sur les réseaux sociaux à l’annulation de la marche, non autorisée par la mairie de Moscou. Le gros de l’averse passé, la foule reprend lentement possession des lieux. Les manifestants sont quelques centaines, dissimulés sous leurs parapluies, ils se reconnaissent entre eux aux peluches d’enfants qu’ils arborent. Peu à peu, le cortège prend forme. Ni haut-parleurs, ni slogans, ni organisateurs en vue : tout se fait spontanément et dans la confusion. Les rangs restent clairsemés. Les appels à l’annulation de la marche ont fait leur œuvre. Parmi les manifestants, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 août 2018