Le MKU, un club de foot amateur, à deux pas de l’hôtel des Bleus

Une heure et demie d’un train de banlieue étonnamment moderne, suivie d’une demi-heure d’un bus étonnamment déglingué. Par la fenêtre défilent des forêts de sapins et de bouleaux, des friches industrielles, des rivières en train de dégeler et quelques dernières plaques de neige à l’ombre des datchas. Les noms des arrêts de train et de bus fleurent bon le Podmoskovié, la région de Moscou : Anikeïevo, Pavchino, 50e Kilomètre… Kostrovo. Nous sommes près d’Istra, dans une région très appréciée des Moscovites aisés, où poussent des « villages de cottages », barricadés derrière des murailles de tôle, de béton ou de briques, selon les moyens des propriétaires.

Kostrovo ressemble à tous les gros villages de la région de Moscou : coupé en deux par une « Rue centrale » dont on devine qu’elle s’est appelée un jour « Rue Lénine ». On y trouve une vingtaine de petits immeubles préfabriqués de quatre étages, une administration locale, une clinique devant laquelle un panneau accusateur proclame : « L’avortement est un infanticide légal ! », quelques magasins, un café diffusant des clips de rap russe à longueur de journée et une Maison de la Culture gardée par une babouchka revêche dont la politesse a disparu en même temps que l’Union soviétique. Juste à l’entrée du village, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Société

La vieillesse, ennemie du peuple

Le niveau de vie des personnes âgées dans la capitale russe reste deux à trois fois inférieur à celui des actifs. Pour autant, l’ancienne génération refuse de se plaindre de son sort. Autant par dignité que par atavisme soviétique, les vieux Russes se contentent de ce que le gouvernement veut bien leur accorder, dans une grande indifférence sociale. Boris Lvovitch accueille les visiteurs avec un grand sourire, dans son deux-pièces situé au septième étage d’un grand immeuble préfabriqué de la périphérie de Moscou. Malgré ses quatre-vingt-onze ans, l’ancien ingénieur passe allègrement d’une pièce à l’autre pour un rapide tour du propriétaire : ici le salon, la table de travail, l’ordinateur et la bibliothèque ; là, la chambre à coucher, le vélo d’appartement, les photographies de famille (enfants et petits-enfants, sa femme décédée il y a sept ans) ; et, pour finir, la cuisine : « Prenez place, voulez-vous un café ? » Les yeux du vieil homme pétillent, sa bonne humeur est communicative. « J’ai de la chance, estime Boris Lvovitch. Tout le monde n’a pas le bonheur d’être propriétaire à Moscou. Pour les personnes âgées dont ce n’est pas le cas, il n’y a le choix qu’entre la vie en appartement communautaire ou la maison de retraite. Pour moi, la maison de retraite, c’est inenvisageable. Je ne veux y aller sous aucun prétexte. On y est mal traité. » « Le grand âge est toujours stigmatisé en Russie, reconnaît Oksana Siniavskaïa, directrice adjointe de l’Institut de politique sociale de la Haute École d’Économie de Moscou.  Les structures de soins sont mal adaptées aux seniors, et l’accueil qu’ils y reçoivent est souvent déplorable. » Les Russes n’envisagent les maisons de retraite qu’en tout dernier ressort, lorsque aucune autre solution n’est possible. « De nombreux jeunes adultes s’efforcent de faire déménager leurs parents à Moscou où les aides sociales améliorent leurs conditions de vie. » « En théorie, avec une ordonnance d’un médecin, tous les médicaments sont gratuits pour les retraités. Mais dans les faits, il est souvent impossible de les trouver en pharmacie, et les équivalents [non pris en charge par la caisse des retraites, ndlr] sont inabordables », explique Boris Lvovitch. L’État n’alloue que huit cents roubles par mois (moins de dix euros) et par personne à l’achat de médicaments. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : Teral Goe / Unsplash28 novembre 2018
Culture

Quand les Soviétiques inventaient le cinéma en 3D

Fondé en 1929 pour équiper en caméras la jeune industrie cinématographique soviétique, l’Institut expérimental de cinématographie a inventé le cinéma en trois dimensions dès les années 1940. Aujourd’hui, le laboratoire survit grâce à des commandes privées, tandis que les prototypes prennent la poussière dans un vieil immeuble stalinien du centre de Moscou. C’est l’un de ces grands ensembles néo-classiques staliniens que l’on trouve à travers Moscou, avec ses arches monumentales, ses colonnades en brique beige et ses bas-reliefs défraîchis à la gloire du prolétariat. Alentour, de vastes esplanades, de larges artères encombrées de voitures et des rues baptisées en l’honneur des héros du travail socialiste. Nous sommes dans la Moscou stalinienne, celle du soviétisme triomphant d’après-guerre. L’Institut scientifique expérimental de cinématographie et de photographie (NIKFI) y occupait autrefois un bâtiment entier, juste en face de l’académie des cadres du Parti communiste de l’Union soviétique. Aujourd’hui, cette dernière est devenue une université d’économie, tandis que le NIKFI s’est ratatiné. Seuls deux étages d’une petite aile de lui sont réservés, dans un édifice qu’il partage désormais avec un centre d’affaires, une banque, deux restaurants japonais, une pizzeria et une agence de voyages. Si l’immeuble date des années 1950, l’histoire du NIKFI remonte à la fin des années 1920. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

9 novembre 2018
Société

Explosion en Crimée : ce que l’on sait

Les faits Mercredi 17 octobre, vers midi, une bombe artisanale explose dans un institut technique de la ville de Kertch. L’explosion est suivie d’une fusillade. Le bilan humain s’établit à 19 morts et 47 blessés, dont plusieurs sont dans un état critique.L’état d’urgence est proclamé à Kertch et la surveillance du Pont de Crimée renforcée. Des blindés sont déployés dans les rues.Sur les réseaux sociaux russes, la thèse de l’attentat est aussitôt évoquée. Le sénateur russe Franz Klintsevitch parle d’une éventuelle « piste ukrainienne »,[…] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne