Elista, la steppe où cohabitent Lénine, Khrouchtchev et Bouddha

Si atteindre Elista est loin d’être une tâche aisée, la ville en vaut toutefois largement la peine. Reportage dans la capitale de la Kalmoukie, où traditions et modernité se côtoient et où Nikita Khrouchtchev et les échecs sont à l’honneur.La Kalmoukie, dont Elista est la capitale, est une des rares régions russes où l'on ne trouve aucune gare de voyageurs. Les avions n’y volent que depuis Moscou, et seulement trois fois par semaine. L’aller coûte en moyenne 7 000 roubles [environ 100 euros], une somme importante en Russie. Les Kalmouks (descendants des Mongols) prennent habituellement le bus pour quitter leur région. Le trajet jusqu’à Moscou dure 18h. Pour le rendre plus confortable, les véhicules sont équipés de prises électriques, d'air conditionné et de téléviseurs. Du thé y est même parfois distribué et un billet ne coûte pas plus de 2 000 roubles [30 euros]. Si cette option ne vous plaît pas, vous pouvez toujours, de Moscou, prendre un vol jusqu’à Astrakhan ou Volgograd, situées dans deux régions voisines de la Kalmoukie, et ensuite rejoindre Elista en minibus. Admettons que, par un de ces moyens de transport, vous vous retrouviez à Elista. Vous arrivez sur la place de la gare. Si des trains de voyageurs y circulaient jadis, on n’y voit plus, désormais, que des trains de marchandises. Dans les toilettes de la gare, une cruche d’eau est posée sur le sol. Ce n’est pas une tradition kalmouke, mais caucasienne : Elista se trouve sur le parcours des camions et des autobus daghestanais et, selon les règles d’hygiène musulmanes, on ne peut se laver qu’avec l’eau d’une cruche.  

La Pagode, ou la place Lénine

En sortant de la gare, montez dans une marchroutka [taxi collectif, ndlr] et demandez au conducteur de vous conduire jusqu’à la Pagode. Le trajet vous coûtera entre 10 et 12 roubles [environ 0,15 euro], une somme que vous donnerez non au chauffeur mais à la personne assise à l’avant qui ouvre et ferme la porte à chaque arrêt. Impossible d’expliquer sa présence quand, dans les autres régions de Russie, le conducteur se charge lui-même de cette tâche. Cette personne énumère à l’avance les prochains arrêts et demande aux passagers s’ils ont l’intention d’y descendre.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Se remettre à rêver

La fin des idéologies touche durement la Russie, où même la jeunesse a perdu l’habitude de rêver. Le politologue Gueorgui Bovt s’en inquiète dans une tribune pour Gazeta.ru.

 

23 août 2019

La Géorgie, le paradis des enfants

Les récentes tensions entre Moscou et Tbilissi n’ont pas fait fuir la communauté russe installée en Géorgie (environ 26 000 personnes, soit moins d’1 % de la population totale). Le site Mel, spécialisé dans l’éducation, a rencontré Tatiana, Evguenia et Anna, trois jeunes mères de famille russes qui ont choisi ce pays pour y élever leurs enfants.

 

2 août 2019

Les vingt ans du festival Nachestvié :
Du rock la tête dans les étoiles

Le plus grand festival de rock russe, Nachestvié [« Invasion »], célèbre, du 18 au 21 juillet, son vingtième anniversaire. Cette année encore, plus de deux cent mille personnes sont attendues en rase campagne pour faire la fête.

 

18 juillet 2019