Le Courrier de Russie

La Russie malade de ses déchets

À peine l’élection présidentielle s’était-elle achevée en Russie qu’un scandale éclatait dans la petite ville de Volokolamsk (à 120 km de Moscou), où 57 enfants se retrouvaient à l’hôpital, présentant des signes d’empoisonnement (nausées, maux de tête, troubles de l’orientation). Raison supposée : des émanations de gaz en provenance du centre de déversement de déchets de Iadrovo, situé à seulement 4 km des écoles primaires et secondaires de l’agglomération. Le problème du traitement des déchets en Russie, soulevé depuis longtemps par les experts, resurgit avec une acuité toute particulière.

Le 21 mars, entre 800 et 1 200 habitants de Volokolamsk se sont rassemblés spontanément devant l’hôpital municipal. Les manifestants en colère ont presque agressé le responsable du district, Evgueni Gavrilov (lui arrachant ses lunettes et déchirant son blouson), ils ont lancé des boules de neige sur le gouverneur de la région, Andreï Vorobiev, et tenté de bloquer l’entrée de la déchetterie de Iadrovo. Les autorités régionales ont interdit l’accès au site et promis d’aider financièrement les familles touchées en envoyant leurs enfants se faire soigner et se reposer dans des centres spécialisés. La région a aussi fait savoir qu’une entreprise hollandaise viendrait, en urgence, se charger de la décontamination de la décharge.

Le pays produit chaque année environ 60 millions de tonnes de déchets ménagers solides, dont 20 % à Moscou (7,9 millions de tonnes). La capitale en entrepose plus de 90 % dans ses banlieues, […]