Sondage : 69% des Russes se disent attirés par une carrière dans les services secrets

Au moment du putsch de Moscou, en août 1991, les citoyens soviétiques en colère et, en premier lieu, toute une jeunesse avide de changement, ont obtenu le déboulonnage de la statue de Felix Dzerjinski, fondateur, un siècle plus tôt, en 1918, du premier service de sécurité intérieure : la Commission extraordinaire panrusse, ou Tchéka. La statue, qui trônait en plein cœur de la capitale, sur la place Loubianka, n’a cependant pas été détruite : elle a été démontée de façon civilisée et déplacée dans le parc Muzeon, où elle se trouve toujours, aux côtés d’autres monuments soviétiques remisés. Mais du temps a passé depuis que les partisans de Boris Eltsine et Mikhaïl Gorbatchev ont gagné contre les putschistes, représentants de la vieille nomenklatura du Parti communiste russe (PCUS)…

Publié fin janvier 2018, un sondage de la Fondation de l’opinion publique (FOM) portant sur « La perception des services russes de sécurité nationale » compare les réponses aux mêmes questions posées à la population russe en 2001 et 2018 (soit entre l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine et aujourd’hui). Alors que les Russes n’étaient que 29 %, en 2001, à souhaiter que leurs enfants ou petits-enfants travaillent dans les rangs de la sécurité nationale, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Ramov