Patriotes russes / citoyens français : deux philosophies de la conscription

Le 23 février, la Russie célèbre le Jour des défenseurs de la patrie. L’origine de cette fête annuelle remonte à l’époque soviétique. Le 23 février 1918, alors que le pays est plongé dans la guerre civile, les premières unités de l’Armée rouge, composées d’ouvriers et de paysans, sont formées. En 1946, elle est renommée Armée soviétique par Staline. En cent ans d’existence, soviétique puis russe, celle-ci a toujours été une armée de conscription. Aujourd’hui, ce thème trouve un écho inattendu en France, où les autorités prévoient de rétablir le service militaire obligatoire.

La Russie a instauré le service militaire universel en 1874. Formellement, il est encore en place aujourd’hui. En principe, tout jeune Russe âgé de plus de 18 ans doit effectuer une période d’un an sous les drapeaux. Mais le système de conscription a fortement évolué depuis la fin de l’URSS.

À l’époque soviétique, l’ensemble de la population masculine âgée de 18 à 55 ans pouvait être enrôlée à tout moment. Dans les années 1970-1980, les cinq millions de soldats et de sergents de l’armée soviétique ne se composaient que de conscrits. Beaucoup de jeunes étaient toutefois dispensés du service militaire : pour des raisons médicales ou parce qu’ils avaient suivi une formation militaire pendant leurs études supérieures, ce qui leur donnait le statut d’officier de réserve. Ils ne pouvaient être recrutés qu’en temps de guerre.

Une gigantesque école militaire

Dans les années 1960-1980, l’URSS se prépare à la guerre, à la fois contre la Chine et l’OTAN. Le gouvernement propose alors de créer une armée forte de 11 millions de soldats. 8 millions d’entre eux n’ont en fait effectué que leur service militaire, ils sont pourtant considérés comme des réservistes opérationnels, mobilisables à tout moment. Bien entendu, un tel projet n’est réalisable que si tous les hommes du pays reçoivent un véritable entraînement au combat. Au fond, la conscription à la soviétique est une gigantesque école militaire où sont formés les futurs réservistes.

Après l’effondrement de l’URSS, ce système ne fait que se dégrader. Des cas de bizutages cruels (au cours desquels des soldats briment les nouvelles recrues) sont rapportés – conséquence inévitable de la conscription. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Golts, analyste militaire