L’inlassable conquête de l’Extrême-Orient russe

L’Extrême-Orient russe a perdu 22% de sa population depuis la chute de l’URSS. Afin d’enrayer cette dynamique, depuis le 1er février 2017, une loi permet à tous les citoyens russes d’obtenir une parcelle de terre gratuite dans cette région, et ce, jusqu’au 1er février 2035. Un an après sa mise en œuvre, Le Courrier de Russie revient sur ce programme atypique.

C’est une obsession. Depuis la conquête de l’Extrême-Orient – finalisée en 1860 par la Convention de Pékin -, le pouvoir politique russe n’a cessé de mettre en place des programmes destinés à peupler cette région. Cédric Gras, écrivain et géographe, parle à cet égard « d’une incessante reconquête ». Ainsi, bien qu’atypique au premier abord, la loi « un hectare en Extrême-Orient » n’est pas la première initiative du genre : déjà, au début du XXe siècle, sous l’impulsion du Premier ministre réformateur Piotr Stolypine, 3 millions de paysans s’étaient vus offrir des parcelles de terrain dans cette région. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier