S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

2017 : Les scandales et les affaires qui ont marqué la Russie

2017 : Les scandales et les affaires qui ont marqué la Russie

Un ministre de l’économie condamné à huit ans de prison, un célèbre metteur en scène assigné à résidence, des militants ultra-orthodoxes déchaînés contre un film, des adolescentes cruelles, des hôtesses victorieuses et un danseur discriminé. Le Courrier de Russie revient sur les plus gros scandales de l’année.

L’AFFAIRE OULIOUKAÏEV

Au terme d’un an de procédure et de quatre mois de procès, la justice russe a condamné à huit ans d’emprisonnement l’ex-ministre de l’économie, Alexeï Oulioukaïev, accusé de corruption à grande échelle. Retour sur l’affaire de l’année 2017. Alexeï Oulioukaïev, 61 ans, est le le plus haut responsable gouvernemental arrêté et traduit en justice depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. Ministre de l’économie de 2013 à 2016, il a été reconnu coupable, vendredi 15 décembre, d’avoir réclamé un pot-de-vin de 2 millions de dollars au très influent Igor Setchine, patron du géant pétrolier Rosneft et ami de l’actuel président depuis plus de 25 ans. Selon l’accusation, M.Oulioukaïev aurait demandé le versement de cette somme lors du sommet des BRICS, à Goa, en octobre 2016, en guise de « remerciement », pour avoir donné son feu vert à la vente des parts détenues par l'État dans le producteur pétrolier Bashneft à Rosneft (deuxième producteur de pétrole russe). Une vente à laquelle il s'était initialement opposé, menaçant, dans le cas contraire, de « gêner » de futures transactions de la compagnie. L’ex-ministre de l’économie a toujours nié les faits, se disant « victime » d'une « provocation de la part du FSB (service de renseignement, NDLR), à partir d’accusations mensongères inventées par Igor Setchine ». Selon lui, le sac était censé contenir du vin que le président de Rosneft lui promettait depuis leur rencontre à Goa. Invité à comparaître en qualité de témoin, ce dernier ne s’est jamais présenté à une séance du tribunal. Clamant haut et fort son innocence, M.Oulioukaïev était persuadé d’éviter la case prison. Mais la justice russe en a décidé autrement : 8 ans de colonie pénitentiaire et 130 millions de roubles d’amende (18,5 millions d'euros), soit le minimum requis dans une affaire de « perception d’importants pots-de-vin ». À noter que le Parquet avait demandé 10 ans fermes et 500 millions de roubles d’amende. La sentence a été qualifiée d’« injuste » et d’ « inhumaine », par de nombreuses personnalités de la classe politique libérale et de l’opposition. Les représentants du gouvernement ont, eux, préféré garder profil bas. L’ancien ministre des finances, Alexeï Koudrine, a notamment parlé d’un « procès à charge », critiquant le « peu » de travail réalisé par les enquêteurs, alors que Ksenia Sobtchak, journaliste et candidate à la présidentielle, regrette une telle peine pour un homme « de cet âge ne représentant aucun danger pour la société ». M. Oulioukaïev est aujourd’hui comparé au milliardaire Mikhaïl Khodorkovski, dont la condamnation en 2003 pour fraude fiscale, escroquerie et blanchiment d’argent avait eu valeur d’exemple pour toute une catégorie de représentants de l’élite russe dénonçant la corruption au sein du pouvoir et fricotant avec l'opposition. M. Khodorkovski vit aujourd’hui à l’étranger. Il a été gracié par Vladimir Poutine après dix ans passés en prison. A Moscou, certains commentateurs pensent qu'un sort identique pourrait être réservé à l’ex-ministre de l’économie. https://www.lecourrierderussie.com/politique/2017/11/affaire-oulioukaiev-an-apres-proces/

L'AFFAIRE SEREBRENNIKOV

Arrêté le 22 août dernier pour détournement de fonds publics,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Le Courrier de Russie