Popova : « Qui aime bien, châtie bien ». Aliona Popova le 27 janvier devant la Douma contre le projet de dépénalisation de la violence domestique. Crédits : LCDR

Aliona Popova : « Il existe en Russie une culture du harcèlement sexuel »

Le 25 novembre marquait la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. L’occasion de revenir sur la situation des femmes, de la violence domestique et du harcèlement sexuel en Russie avec Aliona Popova, militante pour les droits des femmes et fondatrice du réseau d’entraide féminine Projet W.

Le Courrier de Russie : Comment la société russe perçoit-elle la violence domestique aujourd’hui ?

Aliona Popova : La violence domestique a cessé d’être un sujet marginal depuis les débats qui ont entouré l’adoption de la loi sur sa dépénalisation, en janvier dernier. [La loi russe ne considère plus les « coups ne portant pas atteinte à la vie » comme un crime mais comme un délit administratif]. Toutes les chaînes de télévision fédérales ont couvert le sujet, et les Russes ont pris conscience que la violence à la maison ne concernait pas que quelques familles pauvres, sans éducation et en région, mais un foyer sur quatre, selon l’ONU.

L.C.D.R. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Manon Masset