André et Michel Schorochoff lors de leur voyage en Ouzbékistan. Crédits : archives personnelles des Schorochoff

Les Schorochoff : les fugitifs de l’Empire

En 1917, des millions de Russes en désaccord avec le nouveau pouvoir bolchévique ont quitté leur pays pour l’exil. Si la plupart se sont installés en France, certains sont arrivés en Belgique, comme le colonel Mikhaïl Schorochoff. Le Courrier de Russie a rencontré ses descendants, qui ont toujours tenté de maintenir le lien avec leur pays d’origine.« Vous me demandez si j’ai le désir de retourner en Russie. Ma réponse est non, catégoriquement non. C’est impossible, ce serait stupide et malvenu. Le peuple russe m’a chassé, il m’a étiqueté contre-révolutionnaire, il a hurlé et écrit que je lui avais sucé son sang, il a cassé mon épée, il m’a enlevé mes galons - j’ai enterré moi-même mon revolver - il a voulu me fusiller. J’ai échappé par miracle à l’exécution, alors pourquoi y retourner ?.. » Mikhail Petrovitch Schorochoff est tranchant dans sa lettre de réponse à un éditeur à qui il avait fait parvenir ses mémoires pour publication en 1923. Contraint de fuir la Russie bolchévique en 1917, ce noble venait d’une des familles de militaires les plus célèbres de l’Empire jusqu'à la chute du dernier tsar. Avec d'autres Russes blancs, Mikhaïl Schorochoff a fini par échouer à Bruxelles.« Les émigrés russes se sont retrouvés en Belgique dans le plus total dénuement, raconte André Schorochoff, 80 ans, petit-fils de Mikhail Petrovitch. Ils avaient été forcés de fuir le régime de la terreur qui mettait leurs vies en danger. Mais par la suite, ces gens ont su s’intégrer dans une Belgique qui les a accueillis généreusement et efficacement. » Souvent dotés d’une excellente éducation, ces Russes ont fini par exercer des professions à la hauteur de leurs compétences.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Daria Gissot

Dernières nouvelles de la Russie

Les lobbies russes à Bruxelles

Plus de 10 000 organisations figurent à Bruxelles sur le registre officiel des lobbies de l’Union européenne. Assez rares sont celles qui viennent de Russie. Pour exercer leur influence et défendre leurs intérêts, les sociétés et organisations russes agissent via les associations industrielles et les cabinets internationaux d’avocats et de consultants, présents dans la capitale belge.

 

4 octobre 2018

Pierre Ier de Russie, visiteur discret des Belges

Le tsar Pierre Ier, connu pour s’être inspiré de l’Occident afin de moderniser la Russie et en faire une grande puissance, était un hôte régulier des villes européennes.

 

1 juin 2017

Dmitriï Rogozine : « J’aurais sans doute envoyé nos troupes prendre Tbilissi »

« En acceptant la représentation permanente à l’OTAN, j’avais l’intention très ferme d’inviter mes partenaires occidentaux à une conversation franche et ouverte afin de mettre les points sur les « i ». J’ai rapidement perdu mes illusions et réalisé que les politiciens occidentaux disent une chose, en pensent une autre et en font encore une troisième. »

 

3 septembre 2010