Cérémonie d'ouverture du Festival international de la jeunesse et des étudiants. Crédits : WFYS2017

Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à Sotchi : pour la gauche ou pour tous ?

La 19e édition du Festival mondial de la jeunesse et des étudiants a été inaugurée le 15 octobre à Sotchi. Près de 30 000 jeunes originaires de 150 pays y participent. Avant même de commencer, l’événement prête le flanc à la critique : son programme élaboré par l’administration de Vladimir Poutine ne correspond pas réellement à l’esprit de gauche du festival, créé il y a 70 ans.

Présent lors de la cérémonie d’ouverture ce dimanche, Vladimir Poutine a déclaré que les pays du monde doivent cesser de dépenser des ressources dans une rivalité « inutile ». « Nous nous voyons les uns les autres comme des adversaires, et au lieu de coopérer et de résoudre des problèmes qui nous concernent tous, nous consacrons une grande partie de nos ressources à des choses secondaires », a souligné le président. « Nous devons nous efforcer de nous considérer mutuellement comme des partenaires », a insisté Vladimir Poutine.

Le Festival mondial de la jeunesse et des étudiants se déroule pour la 3e fois en Russie. Moscou a déjà accueilli les éditions 1957 et 1985 de cet événement. L’idée d’organiser une nouvelle fois ce festival en Russie a été proposée par les délégués dès 2013, lors de l’édition précédente, organisée en Équateur, explique au quotidien RBC Daria Mitina, membre du Comité national d’organisation et présidente de l’Union de la jeunesse communiste russe (RKSM).

« Les délégués d’Asie et d’Afrique étaient particulièrement enthousiastes, se souvient Daria Mitina qui a participé à ces dicussions. Le festival a lieu une fois tous les quatre ans et la date de celui-ci coïncidait avec le centenaire de la révolution d’Octobre. Naturellement, un grand nombre de délégués ont souhaité célébrer cet événement précisément en Russie. » Le festival est organisé depuis 1947 par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), qui rassemble des organisations situées à gauche du spectre politique : des sociaux-démocrates aux radicaux – trotskistes et anarchistes.

Daria Mitina se rappelle que certaines voix se sont toutefois élevées contre ce projet. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

RBCTraduit par Maïlis Destrée