Cérémonie d'ouverture du Festival international de la jeunesse et des étudiants. Crédits : WFYS2017

Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à Sotchi : pour la gauche ou pour tous ?

La 19e édition du Festival mondial de la jeunesse et des étudiants a été inaugurée le 15 octobre à Sotchi. Près de 30 000 jeunes originaires de 150 pays y participent. Avant même de commencer, l’événement prête le flanc à la critique : son programme élaboré par l’administration de Vladimir Poutine ne correspond pas réellement à l’esprit de gauche du festival, créé il y a 70 ans.

Présent lors de la cérémonie d’ouverture ce dimanche, Vladimir Poutine a déclaré que les pays du monde doivent cesser de dépenser des ressources dans une rivalité « inutile ». « Nous nous voyons les uns les autres comme des adversaires, et au lieu de coopérer et de résoudre des problèmes qui nous concernent tous, nous consacrons une grande partie de nos ressources à des choses secondaires », a souligné le président. « Nous devons nous efforcer de nous considérer mutuellement comme des partenaires », a insisté Vladimir Poutine.

Le Festival mondial de la jeunesse et des étudiants se déroule pour la 3e fois en Russie. Moscou a déjà accueilli les éditions 1957 et 1985 de cet événement. L’idée d’organiser une nouvelle fois ce festival en Russie a été proposée par les délégués dès 2013, lors de l’édition précédente, organisée en Équateur, explique au quotidien RBC Daria Mitina, membre du Comité national d’organisation et présidente de l’Union de la jeunesse communiste russe (RKSM).

« Les délégués d’Asie et d’Afrique étaient particulièrement enthousiastes, se souvient Daria Mitina qui a participé à ces dicussions. Le festival a lieu une fois tous les quatre ans et la date de celui-ci coïncidait avec le centenaire de la révolution d’Octobre. Naturellement, un grand nombre de délégués ont souhaité célébrer cet événement précisément en Russie. » Le festival est organisé depuis 1947 par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), qui rassemble des organisations situées à gauche du spectre politique : des sociaux-démocrates aux radicaux – trotskistes et anarchistes.

Daria Mitina se rappelle que certaines voix se sont toutefois élevées contre ce projet. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

RBCTraduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

La Russie prolonge son accord pétrolier avec l’OPEP

Les pays producteurs de pétrole signataires de l’accord OPEP+, qui porte sur la réduction de la production pétrolière, ont décidé, le 30 novembre, de le prolonger de neuf mois, jusqu’à fin 2018. Après cette date, les prix de l’or noir pourraient chuter, avertissent les experts. Décryptage de RBC. Un an sans hausse de la production Fin 2016, suite à la surproduction de brut entre 2014 et 2016 et l’effondrement des prix qui a suivi (d’environ 100 dollars jusqu’à 26 dollars le baril), les 13 États membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et 11 autres pays, dont la Russie, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 décembre 2017
Société

La Russie pourrait perdre un million d’habitants d’ici 2035

Dépopulation, natalité faible, mortalité élevée, migration intérieure… tels sont les défis démographiques auxquels la Russie doit faire face, selon un rapport présenté le 17 novembre par les experts du Centre des études stratégiques (CES). Pour les relever, le pays devra accueillir davantage de migrants et en faire des citoyens russes à part entière. Décryptage de RBC. De moins en moins de Russes actifs Début 2017, la Fédération de Russie compte 146,8 millions d’habitants. Après une baisse démographique qui se prolonge pendant 14 ans (1993-2007), une amélioration se dessine entre 2009 et 2016, insignifiante – la population n’augmente que d’1,8 million – et due exclusivement à l’afflux de migrants. En 2016, une nouvelle baisse naturelle de la population est enregistrée, phénomène courant dans les pays développés. Selon les prévisions les plus optimistes, à l’horizon 2035, le pays pourrait perdre 400 000 habitants, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

22 novembre 2017
Politique

Affaire Oulioukaïev : un an après…

Il y a un an, le 14 novembre 2016, l’ex-ministre de l’économie russe Alexeï Oulioukaïev, accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin de 2 millions de dollars à la direction de Rosneft, était arrêté dans les bureaux du géant pétrolier. RBC revient sur les principaux événements survenus dans cette affaire depuis l’arrestation de l’ancien ministre. La version de l’accusation Le 14 novembre 2016, le ministre de l’économie russe Alexeï Oulioukaïev est arrêté. Il est accusé d’avoir exigé un pot-de-vin à Igor Setchine, président de Rosneft, pour avoir permis le rachat des parts de l’entreprise Bashneft, dont 50,8 % des actions appartiennent à l’État russe. Il aurait demandé ce pot-de-vin lors du sommet des BRICS à Goa, en Inde, en octobre 2016. Un mois plus tard, Setchine remet personnellement à Oulioukaïev 2 millions de dollars au siège de Rosneft, dans le cadre d’une opération en collaboration avec le FSB. Setchine invite lui-même l’ex-ministre à cette rencontre, qui conduit à l’arrestation de ce dernier. Le lendemain, le ministre est assigné à résidence, une première en Russie pour un fonctionnaire aussi haut placé. Le même jour, le président russe Vladimir Poutine signe un décret démettant le ministre de ses fonctions pour perte de confiance. Le 26 juillet, le Parquet entérine l’acte d’accusation contre Oulioukaïev et, le 8 août, le procès de l’ex-ministre débute à Moscou. Depuis le début, Oulioukaïev nie sa culpabilité, qualifiant l’affaire de « provocation ». Sur écoute Le 5 septembre, l’accusation lit devant la cour la transcription des propos échangés entre l’ancien ministre et le président de Rosneft au moment de la transmission supposée du pot-de-vin. L’enregistrement audio de l’échange a été réalisé à l’aide de trois enregistreurs remis à M. Setchine et à deux employés de Rosneft non identifiés. La première transcription lue est celle de l’échange téléphonique qui s’est tenu le 14 novembre 2016, quelques heures avant qu’Oulioukaïev arrive au siège de Rosneft, situé quai Sainte-Sophie, à Moscou. Lors de cette conversation, Setchine explique à Oulioukaïev qu’il lui reste « encore un ordre non exécuté, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

14 novembre 2017
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'

Vous êtes actuellement hors ligne