Fabriqué en URSS : Une imprimante 3D pour faire du pain

Construire une usine automatisée pour produire du pain ? L’idée n’aurait pu naître que dans le pays des Soviets avec sa volonté de nourrir ses millions d’habitants. Bâties entre 1924 et 1936, les sept usines sont toujours debout et certaines d’entre elles fonctionnent encore. Le Courrier de Russie s’est promené dans leurs ateliers.

« Un bâtiment gigantesque de forme cylindrique ouvert de tous les côtés au soleil, à la lumière du jour. Des salles rondes au plancher carrelé d’une blancheur étincelante. La poussière de farine est à peine perceptible, bien que l’usine transforme plusieurs centaines de tonnes de farine chaque jour. Tout le processus de production, du déchargement de la farine depuis les wagons de chemin de fer à la distribution de la production, est mécanisé et automatisé, passant d’un étage à l’autre par convoyeur spirale. Les opérations complexes, qui semblent réalisables uniquement par une main humaine agile, sont exécutées à la perfection par des machines et des instruments remarquables, construits par des spécialistes soviétiques et formant un convoyeur circulaire unique », écrivait la revue Ogoniok à propos de l’usine à pain n° 5, en 1952.

Cette usine est l’une des sept construites par l’ingénieur Gueorgui Marsakov dans les années 1920 et 1930 en URSS. L’ingénieur l’a conçue afin de nourrir de pain la population croissante de Moscou et Leningrad.

« Lors de la première décennie ayant suivi la révolution de 1917, un exode rural a eu lieu en Union soviétique, raconte Alexandre Ermoline, guide du projet “Moskva glazami injenera”. Entre 1915 et 1930, la population moscovite est passée de 1,2 million à près de 3 millions d’habitants. La ville est touchée par une pénurie de logements et de nourriture. Le pain produit par les boulangeries ne suffit pas à nourrir tout le monde. Pour résoudre ce problème, le gouvernement soviétique lance en 1928 le premier plan quinquennal de développement économique de l’URSS, qui inclut la construction d’usines à pain et de fabriques de conserves automatisées. » C’est d’ailleurs ici qu’entre en scène l’invention de l’ingénieur Gueorgui Marsakov : son convoyeur circulaire permet d’assurer une production de pain ininterrompue et entièrement automatisée.

Dans l’usine de Marsakov, la farine descend du troisième étage sur un convoyeur, est pétrie et puis cuite dans des fours circulaires. Le pain descend ensuite le long de goulottes pour être stocké dans une paneterie – le tout sans aucune intervention manuelle. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Rusina Shikhatova