S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Comment un papillon importé lors des JO de Sotchi a détruit les forêts de buis de Russie

Comment un papillon importé lors des JO de Sotchi a détruit les forêts de buis de Russie

La Russie est confrontée à une catastrophe écologique de grande ampleur : les forêts de buis originelles disparaissent les unes après les autres dans la région de Krasnodar et en Adyguée. L’arbre, qui a survécu à la période glaciaire, a été presque entièrement décimé par la pyrale, un papillon parasite arrivé dans des plantes importées d’Italie en 2012, à l’occasion des JO de Sotchi. À en croire les écologues, ce fléau aurait pu être endigué il y a plusieurs années si les différents ministères concernés ne s’étaient pas mutuellement rejeté la responsabilité. Aujourd’hui, l’objectif ne se limite ainsi plus qu’à sauver l’espèce : le ministère russe de la nature prévoit de créer une pépinière afin de tenter, un jour, de réintroduire le buis dans la nature. Explications de Kommersant. Le buis commun (Buxus colchica) est une plante relique, ayant survécu il y a 1,8 million d’années à la dernière période glaciaire. À l’état sauvage, il n’en reste plus que dans le Caucase : en Russie, en Abkhazie, en Géorgie et dans les montagnes situées sur la côte turque de la mer Noire. Durant des millénaires, le buis a rempli une fonction essentielle : ses forêts humides et chaudes ont maintenu l’équilibre du cycle de l’eau, tandis que ses racines ont renforcé le sol des cols pierreux, empêchant les éboulements. À la fin du XIXe siècle, on a commencé à abattre les buissaies pour utiliser leur bois précieux, jusqu’à ce que l’espèce soit inscrite à la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et commence de se rétablir.Lors des préparatifs des Jeux olympiques de Sotchi, de nombreuses infrastructures ont été établies dans des zones naturelles protégées, rappelle Igor Tchestine, directeur du WWF Russie. Lors de la construction d’une route à Krasnaïa Poliana, par exemple, plus de 23 hectares de buis commun ont été abattus. À titre de compensation, en 2012, une autre espèce – du buis sempervirens – a été plantée à l’occasion du « Marathon vert » organisé dans le village olympique. Les organisateurs ont souligné, non sans fierté, l’avoir spécialement importée d’une pépinière italienne. « En plantant des milliers d’arbres, nous créons ensemble, dès aujourd’hui, l’héritage de ces JO, déclarait dans une interview Dmitri Tchernychenko, président du comité d'organisation de Sotchi 2014. Nous affirmons ainsi une fois de plus notre volonté d’organiser des Jeux en harmonie avec la nature. 

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Traduit par Maïlis Destrée