Les étrangers demandant la nationalité russe devront désormais prêter serment

La version finale de ce serment d’allégeance a été validée le 4 juillet par le comité de la Douma chargé du développement institutionnel et de la législation, après étude de 93 variantes du texte


Mercredi 12 juillet, la Douma, la chambre basse du parlement russe, a voté un projet de loi imposant à tout étranger prenant la nationalité russe de prêter serment au pays au moment de l’obtention de celle-ci.

Passeport Russe 1
Pour obtenir le précieux sésame, il faudra désormais prêter serment. Crédits : Wikimedia

Les autorités russes ne délivreront désormais de passeport de la Fédération de Russie aux citoyens étrangers en ayant fait la demande qu’après qu’ils auront prononcé le serment suivant :

« Moi, Nom, Prénom, en prenant volontairement et en toute conscience la nationalité de la Fédération de Russie, je jure : de respecter la constitution et la législation de la Fédération de Russie et les droits et libertés de ses citoyens ; d’honorer mes devoirs de citoyen de la Fédération de Russie pour le bien de l’État et de la société ; de défendre la liberté et l’indépendance de la Fédération de Russie ; d’être fidèle à la Russie, de respecter sa culture, son histoire et ses traditions. »

La version finale de ce serment d’allégeance a été validée le 4 juillet par le comité de la Douma chargé du développement institutionnel et de la législation, après étude de 93 variantes du texte, proposées par des citoyens, des entrepreneurs et des députés. L’idée d’imposer un serment de ce type aux étrangers adoptant la nationalité russe avait été proposée par le président Vladimir Poutine le 6 juin dernier.

Le cas particulier ukrainien

Le projet de loi prévoit également de simplifier le processus d’obtention de la nationalité russe  pour les citoyens ukrainiens. Il leur suffira désormais, pour ce faire, de renoncer à leur nationalité ukrainienne.

« La procédure est la suivante : le citoyen ukrainien désireux de devenir citoyen russe annonce, dans une lettre, renoncer à sa nationalité. Cette lettre, après avoir été notariée, est envoyée au service russe des migrations et aux autorités ukrainiennes compétentes », a expliqué à Interfax Pavel Krasheninnikov, président du comité de la Douma chargé du développement institutionnel et de la législation.

Le politologue russe Nikolaï Filippov précise que ce dernier point concerne principalement les habitants de Crimée et, plus particulièrement, les hauts fonctionnaires, qui possèdent très souvent la double nationalité russe et ukrainienne.

En 2016, 265 319 citoyens étrangers ont obtenu la nationalité russe, selon le service russe des migrations. Ils ont été 209 799 à l’obtenir en 2015.