Petya virus informatique Une

Petya or NotPetya : la Russie et l’Ukraine au cœur d’une large cyberattaque

Mardi 27 juin, plusieurs dizaines de compagnies et institutions à travers le monde ont été victimes d’une cyberattaque de grande envergure. En première ligne : l'Ukraine et la Russie. Bilan.L'attaque a visé en premier lieu le secteur énergétique ukrainien. À la mi-journée, les deux géants nationaux de l'électricité, UkrEnergo et KievEnergo, annonçaient le blocage de leurs systèmes informatiques. Puis, ce fut le tour de la Banque nationale d'Ukraine, de la compagnie des télécommunications UkrTelecom, de l'aéroport de Kiev, de son métro et, même, de la centrale de Tchernobyl.Parallèlement, en Russie, de grandes entreprises, telles le géant pétrolier Rosneft, Mondelez International, Mars et Nivea indiquaient également avoir été l’objet une cyberattaque majeure.La société Group-IB, spécialisée dans le crime informatique et la cybersécurité, affirme que l'attaque aurait frappé plus de 80 entreprises en Ukraine et Russie.Le spécialiste russe de la cybersécurité,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018