fbpx

Attentat de Saint-Pétersbourg : Akbarjon Djalilov, un kamikaze ou une bombe vivante ?

Qui est Akbarjon Djalilov, l’auteur de l’attentat suicide dans le métro de Saint-Pétersbourg, le 3 avril dernier, qui a coûté la vie à 15 personnes ? Le quotidien RBC s’est rendu dans sa ville natale d’Och, en Kirghizie, pour tenter d’en savoir plus. Reportage.

« Calme, pacifique et ne manifestant pas d’intérêt particulier pour la religion » : c’est ainsi qu’Akbarjon Djalilov est décrit par sa famille, ses voisins, ses amis et ses professeurs, interrogés par RBC.

Un bâtiment anonyme de plain-pied, des dalles qui s’effritent au sol, des enfants jouant à proximité : jusqu’en 2009, Akbarjon vivait ici, dans le quartier de Touran.

Les voisins décrivent les Djalilov comme une famille aimable et sans histoires. La maison est encore habitée par l’oncle d’Akbarjon et ses deux épouses, Surayyo et Yorkinoï, qui, derrière la porte, retiennent difficilement leurs larmes. Ces derniers jours, presque tous les membres de la famille ont été interrogés par la police et les services secrets kirghizes (GKNB).

L’oncle, Khasanboï, ne veut pas croire à la mort de son neveu : « Je garde l’espoir que mon neveu chéri m’appelle et me salue… Nous discuterons de la vie et du travail. Je ne crois pas qu’il ait fait ça de lui-même… Ils ont profité de sa bonté et de sa docilité. »

La famille est unanime : Akbar n’a jamais pratiqué la religion, du moins quand il vivait à Och. Les imams et les fidèles des mosquées des alentours ne se souviennent pas de lui, il ne faisait pas le namaz à la maison et n’allait pas à la prière du vendredi.

Fatima Kadyrjanova, enseignante, qui a eu Djalilov à l’école de la sixième à la troisième, est aussi bouleversée que les membres de la famille.

« Nous avons tous été choqués d’apprendre que notre ancien élève s’était fait exploser à Saint-Pétersbourg. Akbarjon ne pratiquait même pas l’islam ! C’était un élève moyen, discret et parfois obligé de faire l’école buissonnière pour aider ses parents. Ces derniers s’intéressaient à ses études et venaient aux réunions avec les professeurs, mais nos seules remarques à l’égard de leur garçon concernaient son piètre niveau en orthographe et ses absences injustifiées. Il y avait bien des voyous à l’école, mais Akbarjon n’en faisait certainement pas partie ! »

À l’école, on se rappelle que le jeune homme pleurait parfois, lorsque les professeurs levaient la voix sur lui. Il aimait le football, l’informatique et le russe, et apprenait avec plaisir des poèmes. « Il avait de mauvaises notes en chimie et en physique », précise l’enseignante, qui imagine mal son ancien élève fabriquer une bombe seul.

Aucun de nos interlocuteurs n’a souvenir d’une quelconque insolence de la part d’Akbarjon Djalilov. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Professeur de ballet russe au Rwanda

Larissa Tretiakova vit depuis quatorze ans au Rwanda, où elle enseigne le ballet à des enfants dans la seule école de danse classique du pays. Au Rwanda, l’art classique est parfaitement inconnu et inhabituel. Mais l’amour des pointes et de la musique de Tchaïkovski efface toutes les frontières. Reportage de Takie Dela. En 2003, le […] 

18 mai 2018
Société

L’Extrême-Orient malade de son charbon

Le port de Nakhodka se situe dans la région du Primorié, au bord de la mer du Japon. Dans la seconde moitié du siècle dernier, ses marins partaient pêcher dans tous les océans de la planète. Dans les années 1990 et 2000, la ville a assisté à l’effondrement de ses secteurs de la pêche et […] 

26 avril 2018
Société

Elista, la steppe où cohabitent Lénine, Khrouchtchev et Bouddha

Si atteindre Elista est loin d’être une tâche aisée, la ville en vaut toutefois largement la peine. Reportage dans la capitale de la Kalmoukie, où traditions et modernité se côtoient et où Nikita Khrouchtchev et les échecs sont à l’honneur. La Kalmoukie, dont Elista est la capitale, est une des rares régions russes où l’on […] 

20 avril 2018