cryogénisation

La cryogénisation trouve preneur en Russie

Se faire cryogéniser est aujourd’hui possible dans deux pays : les États-Unis et la Russie. Le Courrier de Russie a voulu en avoir le cœur net et s’est rendu dans les locaux de KrioRus, unique entreprise russe spécialisée dans la cryoconservation.

Quand on dit « cryogénisation », on imagine un grand laboratoire aseptisé, où il faudrait enfiler, avant d’entrer, un costume censé protéger des matières étrangères nocives… Mais le centre de cryoconservation de KrioRus, c’est un peu… tout le contraire : un grand bâtiment en métal, mi-garage, mi-hangar, à l’arrière d’une maison de campagne des plus banales, près de Serguiev Possad, à 70 kilomètres de Moscou. Et pourtant, c’est bien ici que la société propose de « patienter » avant d’être ressuscité dans le futur.

« Il vaut mieux être vivant que mort »

La porte du bâtiment en tôle s’ouvre. Danila Medvedev, co-fondateur de KrioRus, m’invite à entrer. Il fait -10°C à l’extérieur, en cette journée de février, et pas plus à l’intérieur. Deux énormes tonneaux de trois mètres de haut se dressent fièrement. Au premier regard, le tout ne fait pas sérieux : ces tonneaux blancs bizarres – les « dewars » –, ce garage au fin fond de la banlieue moscovite avec divers drapeaux accrochés au mur… « Ce sont les pays d’où viennent nos clients ou bien avec lesquels nous coopérons, explique fièrement Danila. Et ici, dans ces récipients, les patients se reposent. »

Les « patients » – Russes, Japonais, Ukrainiens ou Américains – sont en effet installés dans ces dewars, fabriqués à base de matériaux particulièrement solides, conçus pour la construction de fusées et de bateaux. Il s’agit de tonneaux à double paroi, remplis d’azote liquide, maintenant leur contenu à une température constante de -196°C. Chaque dewar peut contenir jusqu’à huit corps, qui y flottent, enveloppés dans des sacs de couchage. « Lorsque le patient arrive, son corps est déjà refroidi dans de la glace sèche, jusqu’à -80°C degrés, déjà vidé de son sang et infusé d’une solution qui prévient la formation de cristaux. Ici, nous l’enveloppons dans un sac de couchage et le plongeons dans un dewar, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Rusina Shikhatova