Varvara Karaoulova écope de 4 ans et demi de colonie pour avoir tenté de rejoindre l’État islamique

Varvara a toujours soutenu qu’elle ne voulait aller en Syrie qu’afin de se marier avec un jeune homme rencontré sur Internet.


Jeudi 22 décembre, la justice a condamné Varvara Karaoulova, 20 ans, à 4 ans et six mois de colonie pénitentiaire pour avoir essayé de rejoindre l’État islamique en Syrie, en juin 2015.

Varvara Karaoulova
Varvara Karaoulova lors de la lecture de la sentence, le 22 décembre, à Moscou. Crédits : Dmitri Serebriakov/TASS

« Je comprends la sentence. Je n’ai pas de question », a déclaré Varvara Karaoulova, suite à la lecture du verdict. Le Parquet avait précédemment requis 5 ans d’emprisonnement pour l’étudiante.

L’avocat de la jeune femme, Ilia Novikov, a d’ores et déjà déclaré que la défense ferait appel à la décision avant le Nouvel An.

La veille, lors de son dernier discours devant le juge, Varvara Karaoulova avait demandé l’indulgence de la cour et assuré une fois de plus que son départ en Syrie ne visait pas à rejoindre l’organisation terroriste.

« Je ne peux pas me le pardonner à moi-même. J’essaie aujourd’hui de considérer tout cela comme une expérience que je ne souhaite à personne mais qui m’a appris beaucoup. Mes problèmes personnels, mes dépressions, mon égocentrisme, m’ont conduit sur cette voie. Je ne parlais pas avec lui [mon recruteur] comme avec un membre d’une organisation mais comme avec une personne que j’aimais même s’il m’a menti. Je suis d’accord que cet amour était malade et inadéquat. Je le reconnais », avait-elle déclaré, avant de demander pardon à ses parents, aux services secrets russes et à tous ceux qui l’avaient aidée.

Une décision « absurde »

Intervenant devant la presse suite à la sentence, Pavel Karaoulov, le père de Varvara, a durement qualifié la décision de justice. « Ce n’est pas seulement surprenant, c’est absurde », a-t-il déclaré, cité par Life.

Selon ses dires, Varvara devait au départ prendre part au procès en qualité de témoin contre des personnes s’occupant du recrutement pour l’État islamique et bénéficier d’une immunité. « Malgré ses 20 ans, elle restait un enfant. C’était dur pour elle », a-t-il ajouté.

En juin 2015, Varvara Karaoulova, étudiante modèle en philosophie à l’université Lomonossov, a été arrêtée à la frontière turco-syrienne alors qu’elle tentait de rejoindre l’État islamique en Syrie.

Varvara a toujours soutenu qu’elle ne voulait aller en Syrie qu’afin de se marier avec un jeune homme rencontré sur Internet.

De retour en Russie, elle est placée en détention fin septembre, accusée par le FSB d’avoir eu « l’intention de participer à une organisation terroriste ». Varvara se trouvait depuis en prison à Moscou, où son procès a commencé début octobre 2016.

D’après la loi russe, cette période de détention provisoire est à soustraire de la sentence finale. C’est-à-dire que Varvara Karaoulova devra purger trois ans et quatre mois en colonie.

A LIRE

Toute son histoire est à lire ici.