|  
42K Abonnés
  |   |  
Samu

Anne Mondoloni : « L’exclusion sociale est caractéristique des mégapoles »

Anne Mondoloni, directrice du Samu Social Moscou, donnera le 6 décembre, dans le cadre des Mardis, une conférence sur le thème « L’exclusion sociale dans le monde en général et en Russie en particulier ». Rencontre.

Samu Social Moscou
Un médecin s’occupe d’un sans-abri à Moscou. Crédits : Alexandre Anoufriev/samu.ru

Anne MondoloniLe Courrier de Russie : Qu’est-ce que le Samu social Moscou ?

Anne Mondoloni : Le Samu Social Moscou a été créé en 2003 pour venir en aide aux enfants des rues, un phénomène à l’époque massif. Progressivement, l’action de l’organisation a évolué pour se consacrer aux adultes sans-abris.

En 2015-2016, nous avons pris en charge entre 1 500 et 1 600 individus, c’est-à-dire que chacun d’eux a bénéficié d’au moins une consultation médicale ou psychologique dans l’année. Selon les estimations officielles, la capitale russe compte environ 12 000 sans-abris. À titre de comparaison, on estimait à 11 000 le nombre de sans-abris à Paris en 2011.

LCDR : Qu’est-ce que l’exclusion sociale ?

A.M. : L’exclusion sociale, ou, plus précisément la désocialisation profonde et l’errance urbaine, avec toutes leurs conséquences physiques et psychiques, sont caractéristiques des mégapoles.

Dans toutes les grandes villes du monde, où le mode de vie est individualisé, on retrouve des personnes ayant décroché des réseaux de solidarité sociale habituels, liés au travail, à l’amitié ou à la famille. Ils sont comme éjectés du système, tombent dans les « angles morts » de la ville et ne sont plus ni rattrapés, ni même « rattrapables », parce que la vie dans la rue éloigne de la vie précédente.

LCDR : Que faut-il savoir pour venir en aide aux sans-abri ?

A.M. : L’aide aux sans-abris exige un grand professionnalisme. L’envie de secourir et le bon cœur sont essentiels mais ne suffisent pas, car il s’agit d’une sphère d’expertise médicale, psychologique et psychiatrique très pointue. Des compétences en matière de sociologie, d’anthropologie et de sciences humaines sont également indispensables pour intervenir à bon escient.

LCDR : En quoi l’aide aux sans-abri à Moscou diffère-t-elle de celle pratiquée dans d’autres villes ou pays ?

A.M. : La capitale russe dispose d’un dispositif intégré, qui va de la patrouille mobile au centre d’adaptation en passant par l’hébergement d’urgence. Mis en place par la mairie, ce système est une spécificité moscovite très positive, qui permet d’éviter la dispersion des moyens et d’avoir une seule et même direction de travail pour tous les acteurs.

L’aspect grand froid est également une particularité russe dont il faut tenir compte : l’agression du climat donne lieu à des pathologies spécifiques et très graves, comme la gangrène ou la tuberculose. En outre, les sans-abris en Russie se cachant davantage du froid, ils sont donc moins visibles qu’ailleurs.

LCDR : Quelle relation entretenez-vous avec les autorités russes ?

A.M. : Nous agissons en partenariat étroit avec la mairie de Moscou et le dispositif de patrouille sociale qui circule pour proposer aux sans-abris de les emmener dans des hébergements de nuit.

Tous les aspects logistiques, le personnel, les camionnettes sont pris en charge par les autorités de la capitale et nous intervenons davantage en appui, pour apporter notre expertise en tant que soignants et psychologues formés. Aujourd’hui, nous travaillons avec deux psychologues, deux médecins et une coordinatrice, qui sont chaque semaine sur le terrain et vont au devant des personnes en difficulté, en lien avec nos collègues des centres d’adaptation et de la patrouille sociale.

La conférence s’inscrit dans le cadre des Mardis. Un mardi par mois, Le Courrier de Russie organise une conférence avec des spécialistes abordant des thèmes aussi variés que les crises politiques, l’histoire, l’art ou la littérature.

Le programme complet des Mardis est à retrouver ici.

La conférence, qui se tiendra en langue française dans les locaux du journal, sera suivie d’une séance de questions-réponses et d’un verre.

Pour toute information complémentaire, contactez-nous à l’adresse conferences.lcdr@gmail.com.

Un événement organisé en partenariat avec l’agence de voyages Tsar Voyages.

Lieu : Le Courrier de Russie – Moscou, rue Milioutinski 10/1 (métro Loubianka ou Tchistye Proudy).

Rejoignez l’événement Facebook ici.

Propos recueillis par Manon Masset

Dernières nouvelles de la Russie

International

La presse russe craint l’enlisement en Syrie

Les attaques contre les forces russes en Syrie surviennent quelques semaines seulement après que Vladimir Poutine a annoncé la victoire sur l'État islamique (EI) et le retrait partiel des troupes de ce pays. La presse moscovite s’inquiète de voir la Russie entrainée dans une guerre sans fin.

17 janvier 2018
Société

Aliona Popova : « Le droit d’importuner, cela n’a pas de sens »

La tribune d’un collectif de cent femmes françaises, dont l’actrice Catherine Deneuve, défendant la « liberté d’importuner » a suscité de vives réactions dans le monde, y compris en Russie. Aliona Popova, fondatrice du réseau d’entraide féminine Projet W, ne comprend pas cette prise de position.

11 janvier 2018
Société

Ce qui va changer en Russie en 2018

Outre de bonnes résolutions, le passage à l'année 2018 apporte également son lot de changements. Fini les messages anonymes, augmentation du salaire minimum, de nouvelles aides pour les nouveaux nés…

Crédits image principale : Nikolaï Aleksandrovitch9 janvier 2018