S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Ivan – terrible, un peu, beaucoup, à la folie

Ivan – terrible, un peu, beaucoup, à la folie

Jusque récemment, l'empreinte d'Ivan le Terrible (Ivan IV) dans l'histoire russe semblait ne soulever aucun doute : le premier tsar de Russie avait été un tyran sanguinaire, tristement célèbre pour avoir assassiné son fils aîné. Mais depuis l'inauguration du premier monument à sa mémoire, à Orel, à la mi-octobre dernier, et la préparation d'un second, à Alexandrov, la cote de popularité du grand-prince de Moscou pointe vers le haut. Et ce n'est pas du goût de tous. Le Courrier de Russie a enquêté. Croix à la main, Ivan le Terrible chevauche, tournant le dos à la cathédrale de la Théophanie, dans le centre d'Orel. Dans son autre main, son épée pointe les berges de la rivière Oka, où il aurait établi la ville, il y a 450 ans. Les passants aiment se dire que c’est eux que le glaive montre, et ils sont très nombreux, en ce mercredi après-midi, à se soumettre à leur souverain – en faisant un selfie avec lui. « Le tsar aurait pu me punir pour ça, mais je le respecte tout de même. Il a fondé notre État », s'amuse une touriste, âgée d'une quarantaine d'années, venue spécialement de Moscou. Il faut reconnaître que, sur ce coup, Orel a joué la carte de la nouveauté. Depuis la mort du souverain, en 1584, personne n'avait eu l'idée d’ériger un monument à la mémoire d’Ivan le Terrible. Jamais. Pour dire, le premier tsar de toutes les Russies est même absent du célèbre monument Millénaire de la Russie, construit en 1862 à Novgorod, retraçant mille années d'histoire russe.

« Que Dieu soit avec nous »

Qu'est-ce qui a donc poussé la mairie d'Orel à déterrer ces vieux fantômes ? Officiellement, le projet a été proposé et financé par la Fondation internationale pour l'écriture slave, une association à but non lucratif visant notamment à « promouvoir les monuments des cultures et traditions slaves », peut-on lire sur leur site. Une organisation des plus ouvertes, qui, à la question du Courrier de Russie de savoir « Pourquoi avez-vous brusquement voulu construire une statue du tsar Ivan ? » a répondu par un franc et direct : « Lisez l'Histoire, nom de Dieu ! » Toutefois, l'Histoire prend ici des airs d'histoires… Les archives des séances du conseil municipal d'Orel révèlent par exemple qu'un certain Mikhaïl Sokolovski, représentant local de la fondation, a déclaré fin juin que le monument était un « cadeau à la ville » d'un montant de 25 millions de roubles (environ 360 mille euros). Selon les médias locaux, M. Sokolovski est surtout connu pour avoir purgé plusieurs années de prison… pour détournement de fonds. Il aurait aussi gentiment réglé,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Thomas Gras