S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Scolarisation des enfants : le difficile combat des réfugiés syriens en Russie

Scolarisation des enfants : le difficile combat des réfugiés syriens en Russie

Tant qu’ils n’ont pas obtenu le statut de réfugié de guerre, les enfants syriens ne peuvent pas aller à l’école en Russie. Pour leur permettre d’étudier malgré les aléas bureaucratiques, l’ONG russe Comité d’assistance civique, avec le soutien de l’ONU, a ouvert une école à Noguinsk, une ville de la banlieue moscovite peuplée d’une nombreuse diaspora syrienne. Reportage de Kommersant. Une heure et demie de train depuis Moscou. Noguinsk. Un bâtiment délabré du XIXe siècle. Dans une moitié de l’immeuble : des appartements communautaires, dans l’autre : les deux salles de classe d’une école pour réfugiés syriens. Devant le perron, un banc en linoléum qui penche. Des fillettes vêtues de hidjab sont assises dessus.« Salut, c’est ici l’école ? », je leur demande. Elles me saluent et hochent la tête.Je pénètre dans un hall sombre et sale. Des enfants arrivent en courant derrière moi, qui parlent en arabe rapidement ; ils m’ouvrent la bonne porte. L’intérieur de l’école est lumineux et propre – tout récemment rénové. Quatre enseignants y travaillent, apprenant aux enfants le russe, l’arabe, l’anglais et les mathématiques.L’école accueille trois groupes d’écoliers : deux petites classes de sept et huit enfants, âgés de 5 à 9 ans, et une grande classe de huit élèves, âgés de 9 à 13 ans. Tous syriens.

Comment les Syriens sont arrivés à Noguinsk

Dès le XIXe siècle, Noguinsk fut dotée d’une grande entreprise textile : la manufacture de Bogoroditse-Gloukhovskaïa, fermée dans les années 1990. Lors de ces mêmes années 1990, pourtant, des entrepreneurs originaires de la ville syrienne d’Alep, travaillant dans la confection, sont venus à Noguinsk pour y rouvrir partiellement l’entreprise. Et, au début de la guerre civile syrienne, ils y ont fait venir leurs familles, leurs amis, et les amis de leurs amis. Ainsi, en quatre ans, une large diaspora syrienne s’est formée ici. Selon le Comité d’assistance civique, sur les près de 10 000 réfugiés syriens se trouvant actuellement en Russie, 2 000 résideraient dans cette banlieue moscovite de 100 000 habitants.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maïlis Destrée

Voximplant : le Skype russe s’exporte

Avec l’épidémie de Covid-19, la plateforme de communication virtuelle Voximplant a renouvelé son offre de services pour ses vingt mille entreprises clientes, et s’apprête à conquérir l’Amérique.

 

22 juin 2020