Au Tatarstan, le parquet défend la mémoire des victimes d’Orlando

Le 17 juin, le Comité d'enquête de la république du Tatarstan a ouvert une enquête pénale contre Ramil Ibraguimov, 35 ans, pour des déclarations louant la fusillade d'Orlando, qui a fait 49 morts dans un club LGBT le 12 juin dernier. Le jeune homme, qui préside l'Union régionale des jeunes entrepreneurs innovants, est accusé d'apologie publique du terrorisme et d'incitation à entreprendre des actions à caractère terroriste.Le 13 juin 2016, Ramil Ibraguimov a publié sur son compte Instagram un commentaire approuvant les agissements d’Omar Mateen, l'auteur de la fusillade  : « À Orlando (USA), un Afghan, un mec bien, a tué 50 pédés dans un club gay. Il y en a 53 autres à l'hosto, qui n'ont pas encore clamsé, dommage. Nous espérons qu'ils crèveront tous. L'Union des jeunes entrepreneurs innovants soutient sincèrement cette action inspirante. »Le lendemain, dans une interview au journal Kazanski reporter, Ramil Ibraguimov a justifié son commentaire en expliquant qu'il avait « mal à [sa] Russie ». Selon lui, « la Russie est en train de mourir »  : dans dix ans,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018