Toute l'équipe du Courrier de Russie fait une pause pour les fêtes. Nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année 2021

Euro 2016 : les incidents de Marseille vus par un supporter russe

Euro 2016 : les incidents de Marseille vus par un supporter russe

Suite aux incidents entre supporters anglais et russes à Marseille, le 11 juin, l’UEFA a décidé d’infliger, mardi 14 juin, « une suspension avec sursis » à la Russie, qui sera exclue de l’Euro 2016 en cas de nouvel incident, ainsi qu’une amende de 150 000 euros à sa fédération de football pour « perturbations, comportement raciste et jets de fumigènes et de projectiles », lors du match Angleterre-Russie (1-1). Mardi, 43 supporters russes ont également été placés en garde à vue pendant 24h, alors qu’une dizaine de leurs compères vont être reconduits à la frontière par les autorités françaises. Que s’est-il passé à Marseille ? Témoignage d’un hooligan russe au magazine The Flow.

hooligan supporters russes france
Lors du match Russie-Angleterre, à Marseille, le 11 juin. Crédits : capture

« Il y avait tout le monde : le Dynamo, le Spartak, le Zénith, le Lokomotiv, des fans de clubs régionaux, des mecs qui ne s’adressent pas la parole d’habitude…

On s’était mis d’accord pour se rassembler à un moment. Avant ça, on a fait un tour de grande roue sur le Vieux port et on s’est baladé en petits groupes – on cherchait les supporters anglais venus chercher la merde. Mais en fait, tous les British étaient occupés dans les bars de la ville. La journée, ils se sont tenus peinards. Mais le soir, ils étaient défoncés, ils gueulaient, ils balançaient des bouteilles sur les flics du coin.

On les a coincés dans un endroit. Les policiers de la ville ont débarqué direct, avec des agents spéciaux en civil, et même de la flicaille russe. On les connaît tous de vue ! On s’est dispersé, et à 17 heures, on s’est retrouvé dans un autre coin pour rejoindre la place du port en rangs – en chantant Katioucha. Les poulets étaient occupés à régler de petites embrouilles – et là, on arrive depuis le coin.

Les Anglais étaient quelques centaines. Ils balançaient sérieusement des chaises et des bouteilles, mais ça les a pas sauvés. Notre bande russe de 200 gars les a fait fuir. Au même moment, de l’autre côté de la place, des petits groupes de supporters russes – de 10-15 personnes – qui étaient en retard au rassemblement ont sauté sur les supporters anglais qui étaient bien plus nombreux qu’eux. Eux, ils ont un peu morflé, mais ils ont aussi fini par faire fuir les Anglais – ils sont partis en courant et en balançant leurs bannières et leurs drapeaux.

Les flics ont sorti les lacrymo. Certains en ont respiré. Mais dans l’ensemble, nos gars ont réussi à virer les Anglais et à se disperser ensuite.

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu des flics aussi loyaux. Au dernier championnat d’Europe, en Pologne, les Polaks nous sautaient dessus en permanence, en une journée, on s’était battu plusieurs fois, et la police avait serré tout le monde super brutalement. Mais à Marseille, le tout ressemblait tellement au film Taxi et autres comédies sur la police française : les CRS qui sortent des camions en courant avec des boucliers, le regard effrayé, à se rentrer les uns dans les autres, à tomber. Les flics ordinaires se tenaient juste sur le côté, à regarder. Il paraît qu’ils aiment pas trop les Rosbifs, et qu’ils ont juste fermé les yeux pendant que les Russes leur réglaient leur compte.

Dans la même situation, les OMON russes auraient dispersé tout le monde vite et violemment – ils auraient enchaîné les plus excités du premier rang et tout se serait terminé très vite. Mais la France n’est pas prête à ça.

D’abord, tout le boulot dont s’occupent habituellement les flics a été saboté. Chez nous, tout le monde aurait été dispersé dès le premier rassemblement. Mais les flicards français ne sont arrivés que sur la place. Chez nous, ils hurlent direct « Dispersion ! » – et tous les mecs se barrent dans les cours et les ruelles, parce qu’ils sont certains qu’ils vont se faire choper. Mais les Français, non : ils se tiennent à distance, ils regardent et ils ne bougent pas une oreille.

Avec une police qui bosse comme ça, à 200 mecs que nous étions, on aurait pu envahir la ville. D’autant que dans le nombre, il y a quoi, 30, 50 gars qui savent réellement se battre…

À l’entrée du stade, pareil – certains ont été fouillés comme il faut, d’autres, très moyen. On aurait pu rentrer n’importe quoi.

À ce que je sache, ils ont quand même chopé un supporter russe, et il risque l’expulsion [mardi 14 mai, deux supporters russes ont déjà été expulsés, ndlr]. Le lendemain, la police a également fait une descente à l’hôtel où étaient installés les supporters – ils ont répertorié et photographié tout le monde.

Les Anglais sont des branleurs et des provocateurs, et ils ont eu ce qu’ils cherchaient. Bien sûr, il n’y a pas que les hooligans anglais qui ont pris, mais aussi de simples fans de foot qui étaient sur place. En même temps, tu débarques, tu te murges, tu provoques et tu insultes des supporters d’un autre pays, tu leur balances des bouteilles par là-dessus – il faut pas t’étonner qu’on te réponde. »

Pas d’appel

Le président de la Fédération russe a indiqué que son institution « respecterait » les sanctions de l’UEFA. « La mesure disciplinaire est tombée, nous allons bientôt recevoir la notification officielle. Et nous respecterons la décision de l’UEFA, comment pourrait-il en être autrement ? », a déclaré Vitali Moutko, le ministre des sports russe, qui cumule en même temps le poste de président de la Fédération. Même si « les peines sont excessives » et « l’amende est énorme » pour la Fédération de football russe, ces sanctions étaient « attendues », a estimé M. Moutko. « Cela n’a pas de sens d’en faire appel », a-t-il ajouté.

Pas que des Russes

Peu de temps avant la décision de l’UEFA, le Kremlin a condamné mardi les violences « absolument inadmissibles » perpétrées par des hooligans, notamment russes. « Nous ne pouvons qu’appeler nos supporters à ne pas réagir aux provocations, quelles qu’elles soient », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Des supporters de plusieurs pays ont participé à ces excès », a-t-il rappelé. « Parmi lesquels, malheureusement, certains venant de Russie. »

  1. Il est franchement malheureux et injuste qu’une sanction soit tombée sur l’équipe de Russie : les sportifs ne sont pas responsables des groupes d’agités qui peuvent sévir.La Russie a été sanctionnée par l’UEFA et suspendue avec sursis, « à cause des violences de ses supporters au stade Vélodrome « , ceci avec le risque d’une exclusion de la coupe… La fédération russe de football est aussi condamnée à payer une amende de 150.000 euros, ce qui est également parfaitement injuste : la bonne solution aurait été une intervention sans complaisance, avec encerclement et interpellation des individus dangereux suivie de leur expulsion, quel que soit leur pays d’origine.Il est vraiment regrettable que des groupes violents ternissent une compétition loyale entre les nations européennes.

  2. En fait l’Euro me laisse complètement indifférente, il y a beaucoup plus grave actuellement en France, entre le mécontentement populaire justifié sur une loi du Travail qui ne devait profiter qu’aux grosses entreprises, qui entamait un peu plus la souveraineté de la France etc. Et puis les attentats qui se suivent les uns après les autres. Et comme le dit ce hooligan russe, le manque d’autorité de l’Etat qui laisse tout faire, qui a peur de tout et qui a cessé de défendre la France et les Français, qui n’y croit même plus. Il n’y a plus aucune confiance dans ce pays, alors l’Euro de foot, ainsi que le montrent les immenses manifestations partout en France, ce n’est pas ce qui intéresse les Français.

    Autrement nous savons fort bien que la justice française et les instances de foot préfèrent se venger sur la Russie qu’ils détestent que sur l’Angleterre alors qu’ils craignent le Brexit et qu’ils font tout pour qu’il n’ait pas lieu.

    Il nous faudrait un dirigeant patriote comme Vladimir Poutine.

  3. Ce garçon n’aime pas la France . Faut pas qu’il revienne. Il préfère la police russe qui n’attend pas d’avoir des preuves. Vive la police russe ! Vive la libre Russie . c

  4. Violences à Marseille : 43 supporters russes placés en garde à vue après un contrôle près de Cannes
    Les autorités françaises cherchent à déterminer si certains d’entre eux ont participé aux affrontements du week-end, en marge du match Angleterre-Russie à Marseille.
    De possibles expulsions en vue

    Le placement en garde à vue de ces supporters s’est effectué dans des circonstances délicates. Une partie d’entre eux a, en effet, refusé de descendre du bus où ils se trouvaient lors du contrôle après une première interpellation de six personnes. Le consul de Russie, basé à Marseille, à dû se rendre sur place.

    « Nous avons des indices suffisamment précis sur la participation d’au moins un certain nombre d’entre eux aux violences inacceptables » survenues à Marseille, avait commenté à la mi-journée le préfet du département des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat. Si les personnes interpellées sont soupçonnées de présenter une menace à l’ordre public, elles peuvent être expulsées directement, même si elles ne sont pas impliquées dans les violences marseillaises.

  5. L’amende, c’est pour le comportement DANS le stade. Et là, ce sont bien les supporters russes qui se sont tristement illustrés avec leur charge complètement inconséquente. Le hors stade relève des pouvoirs publics. Au final, ce sont bien les supporters russes classiques (=dotés d’un cerveau) qui vont payer pour leurs débiles de compatriotes.

  6. Voila la version des faits par in hooligan russe. Interview par l’AFP amplement relayêe dans les journaux français http://www.lejdd.fr/Societe/Vladimir-hooligan-russe-L-important-c-est-qu-on-vienne-tous-de-Russie-pour-se-battre-contre-les-Anglais-790686

  7. C’est intriguant? La bagarre est un rituel, pas moyen de l’éviter. Pourquoi ne pas l’encadrer? Pour ce qui est des méthodes répressives en France no comment! Leur devoir est de faire régner l’ordre pas de contenir le désordre puis sanctionner. Je pense que les hooligans ne cherchent pas l’embrouille avec l’autorité mais ont un mode de pensée et de vie propice au combat , à la rivalité et à l’affrontement physique. Les débordements sont à mon avis le fait d’une mauvaise prise en charge du phénomène et non à une volonté de nuire des hooligans. Les hooligans sont dans une démarche ciblée qui est contrecarrée par l’autorité. Il est un fait que d’aider à l’organisation de combats n’est pas une option éthique mais faut de pouvoir y mettre un terme il faut bien tout faire pour éviter les effets pervers d’une interdiction qui rate sa cible?

  8. Ce débordement de violence aussi regrettable qu’il soit, teste une fois de plus, le ventre mou de l’état français, qui est incapable d’assurer une simple mission de maintien de l’ordre en zone urbaine. Cet exemple ne peut qu’encourager la guérilla urbaine ethnoculturelle pressentie. Dans le cas présent, on comprend mal pourquoi seuls l’équipe de Russie doit supporter la sanction, alors que les hooligans anglais sont tout autant responsables ?

  9. Sport et propagande anti-russe des démocraties occidentales vont de pair: il était clair que toute la faute serait mise sur le dos de la Russie.

  10. D’accord avec toi Gonzales , ce n’est quand même pas la faute d’un pays si des brebis galeuses viennent mettre la pagaille dans un autre .

  11. Dans la presse russe, c’est la faute des Anglais, et devinez quoi, dans la presse anglaise, c’est la faute des Russes…C’est curieux, je n’ai pas entendu parler d’affrontement de cette gravité entre les « supporteurs » d’autres équipes, à ce stade de la compétition.
    Le problème doit être réglé en amont. Mais comment faire ? Ces gens ne sont pas des amateurs de foot, ce sont des vandales et des grosses brutes basses du front.
    Comme si nous n’avions pas d’autres chats à fouetter en ce moment en France (catastrophes naturelles, attentats, manifs, etc…).

  12. je suis français de souche, et je suis révolté par les média français qui voient que ce qui les arrange pour verser leurs messages de propagande anti russe.
    car il y avais beaucoup de français;;;;; qui étaient de la parti. les média et les politiques, ne représentent plus la pensée des français patriotes républicain;

  13. Analyse: « La leçon du cas politico-culturel des hooligans du foot »
    http://www.newpointdeview.com/pro/interculturel/lecon-du-cas-politico-culturel-des-hooligans-du-foot/

  14. Jeudi 16 juin 2016 Trois Russes, accusés d’avoir participé aux violences à Marseille en marge du match de l’Euro 2016 Angleterre-Russie, ont été condamnés, ce jeudi, à 12, 18 et 24 mois de prison ferme avec mandat de dépôt et deux ans d’interdiction du territoire.

    Des peines d’un an à 30 mois de prison ferme et deux ans d’interdiction du territoire avaient été requises contre les trois hommes, âgés de 28 à 33 ans.

    Ils avaient été interpellés mardi dans leur car, avec 40 compatriotes, dans le sud-est de la France. Vingt doivent être prochainement expulsés et les 20 derniers ont été remis en liberté.

Les commentaires sont fermés.