« Pas assez viril » : le dirigeant ingouche arrache le pompon du bonnet d’un enfant

Dans une vidéo publiée le 19 mars sur sa page Twitter, Iounous-Bek Evkourov, le dirigeant de la république d’Ingouchie, dans le Caucase russe, coupe au couteau le pompon du bonnet d’un jeune garçon au nom de la « virilité » caucasienne.

Selon des témoins de la scène, qui se déroule dans la capitale de la république, Nazran, le dirigeant a d’abord demandé à l’enfant s’il était « un garçon ou une fille ». […]

Dernières nouvelles de la Russie

Daghestan

La lutte dans le sang

Au Daghestan, les sports de combat font partie intégrante de la culture régionale. À tel point que les combattants daghestanais d’arts martiaux mixtes (MMA) s’exportent aujourd’hui dans le monde entier. Tour d’horizon. Ascenseur social Projections au sol, lutte, éléments de boxe… un vingtaine de combattants du club Dagestan Fighters, à Makhatchkala, s’entraînent. Ils ont entre 15 et 30 ans, une condition physique impressionnante et des oreilles cassées, séquelles de plusieurs années de pratique. La grande majorité d’entre eux sont des stars locales du MMA, le sport de combat le plus en vogue de ces cinq dernières années, et presque tous professionnels. Timour Valyev, 26 ans, prétend aujourd’hui au titre de champion de MMA de la promotion américaine WSOF (World Series of Fighting), l’un des championnats les plus prestigieux du monde dans la discipline. Timour, repéré par les organisateurs de la compétition américaine après avoir remporté dix victoires d’affilée lors du championnat russe, a ensuite décroché un très bon contrat. Il se prépare actuellement à repartir aux États-Unis pour participer à un nouveau combat au mois d’août. Si la carrière de Timour semble aujourd’hui sur la pente ascendante, le jeune homme explique que sa mère était au départ très réticente à l’idée de le voir s’investir dans les sports de combat. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 août 2016
Daghestan

Hahatchkala

Parler plus de deux minutes sans raconter une blague ? C’est trop demander à un Daghestanais. Dans ce pays de montagne, les conversations les plus sérieuses sont immanquablement accompagnées d’élégantes plaisanteries. Et ce n’est pas un hasard si les Daghestanais raflent régulièrement les premières places du jeu humoristique le plus populaire de Russie : le KVN. Où l’humour daghestanais puise-t-il sa force ? Réponses d’Alexandre Kourguinian, directeur adjoint de l’équipe daghestanaise de KVN de 1999 à 2003, aujourd’hui vice-ministre de l’information de la république. Le Courrier de Russie : Qu’est-ce qui fait la particularité de l’humour daghestanais ? Et d’où vous vient cette culture du rire ?Alexandre Kourguinian : L’origine de notre humour est à chercher dans l’hospitalité caucasienne, qui est quelque chose de sacré. Chez nous, accueillir des invités, c’est tout un art. Et nous estimons que le meilleur moyen de rendre leur séjour inoubliable, outre la cuisine et les paysages, c’est de leur raconter des histoires sur les singularités de la région ! Ces histoires sont généralement transmises sous forme de petites anecdotes – vous savez, dès que l’on ajoute des éléments d’humour, les gens s’ouvrent, se détendent. Les histoires drôles, dans notre région, c’est véritablement toute une culture. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

1 août 2016
Ukraine

Le 9 mai dans un Donbass en guerre

Le conflit au sud-est de l'Ukraine, qui dure depuis le 15 avril 2014, a fait plus de 9000 morts et 21 000 blessés, selon l'ONU.

15 juin 2016
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'