1140x600. Musulmans rassemblés devant la Grande Mosquée de Moscou à l’occasion de l’Aïd al-Adha. Crédits : Sergueï Savostianov / TASS

Trois visages de l’islam russe : Est « extrémiste » qui n’est pas traditionnel

Ali Charinski, 27 ans, est à l’origine du mouvement citoyen Pour les droits des musulmans et sympathisant du parti islamiste Hizb ut-Tahrir, considéré en Russie comme une « organisation terroriste » au même titre que l’État islamique (EI), les Frères musulmans ou Jabhat al-Nosra.

Le Courrier de Russie : Ni les États-Unis ni l’Union européenne ne considèrent le Hizb ut-Tahrir comme une « organisation terroriste ». Pourquoi est-ce le cas en Russie ?

Ali Charinski : La question serait plutôt de savoir pourquoi il y a autant de terroristes parmi les musulmans aux yeux de la Russie ?! Et la réponse est simple : parce que toutes les organisations musulmanes indépendantes sont sur liste noire. En Russie, tous ceux qui ne sont pas traditionnels sont rangés parmi les « extrémistes », s’ils se contentent de prier, ou les « terroristes », s’ils sont aussi actifs sur le plan politique. Et cette vision est diffusée dans les esprits par une propagande étatique très puissante, qui touche également les musulmans. Récemment, ma mère m’a encore avoué qu’elle était sortie d’un bus, à Makhatchkala, après qu’une femme en hijab noir y était montée – alors qu’elle vit avec moi et mon épouse, qui porte aussi le hijab !

LCDR : Pourtant, le parti Hizb ut-Tahrir prône le retour du califat1 et l’instauration de la loi islamique – tout comme l’EI…

A. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras