Tchétchénie : le mariage de la discorde

Polygamie, mariage forcé, enlèvement… le mariage, samedi 16 mai à Grozny, entre Najoud Goutchigov, 47 ans, chef régional de police déjà marié, et Kheda Goïlabieva, 17 ans, a suscité de vives réactions et de nombreuses questions au sein de la société russe. Analyse d’un mariage (pas) comme les autres.

Le mariage fantôme

L’histoire aurait pu ne jamais dépasser les frontières de la Tchétchénie sans la publication, le 30 avril, d’un article de la journaliste Elena Milachina dans l’édition Novaïa Gazeta. Elle y affirmait que des habitantes du petit village de Baïtarki, à l’est de la Tchétchénie, lui demandaient de venir en aide à une jeune femme, Kheda (Louisa sur son passeport) Goïlabieva, alors âgée de 16 ans, que le chef de la police locale Najoud Goutchigov, son aîné de 30 ans, avait l’intention de prendre pour épouse.

À en croire le récit de la journaliste, l’homme, déjà marié et père d’un fils, exigeait des parents de Kheda qu’ils lui accordent leur fille de leur plein gré,sans quoi il la prendrait de force. Le mariage devait se tenir au lendemain du dix-septième anniversaire de Louisa, le 2 mai. Contacté par Elena Milachina, Najoud Goutchigov avait alors tout nié en bloc, assurant avoir une femme qu’il aime, ne pas connaître de Kheda et qu’aucun mariage n’était prévu à cette date.

Mais alors que l’affaire semblait close, coup de théâtre – le président tchétchène donne publiquement, le 5 mai, sa bénédiction pour cette union. « J’ai personnellement envoyé des gens sur place, dont mon plus grand homme de confiance, afin de savoir si la jeune fille était consentante. Sa mère et son grand-père ont assuré qu’elle était d’accord. Fin de la discussion », a ainsi déclaré le président tchétchène sur la chaîne de télévision locale Vaïnakh.

Dans la foulée, Novaïa Gazeta affirme qu’une nouvelle cérémonie doit se tenir le 10 mai. Le 11, Alvi Karimov, attaché de presse de Ramzan Kadyrov, dément toutefois l’information. « Il n’y a pas eu de mariage entre ces individus », a-t-il déclaré en direct sur la radio Govorit Moskva.

Le pouvoir fédéral réagit enfin à la nouvelle, le 12 mai, par la voix du représentant plénipotentiaire du président russe chargé des droits de l’enfant, Pavel Astakhov, qui ne voit aucune raison de s’affoler. « Ni les parents, ni la jeune femme en question, voire tout autre membre de la famille, ne se sont adressés à nous ni n’ont confirmé les informations concernant une quelconque contrainte, violence ou violation des droits des mineurs », a-t-il écrit sur son compte Instagram.

Le mariage officiel

Parallèlement, la chaîne russe LifeNews parvient à rencontrer Kheda, qui confie connaître Najoud Goutchigov depuis un an et atteste vouloir se marier avec lui. « C’est un homme courageux et sérieux », répond-elle, du bout des lèvres et la tête baissée, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

Depuis le 29 novembre, après plusieurs années de débats houleux, l’enseignement de la langue tatare n’est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Le Conseil d’État de la république, sous la pression de Moscou, a tranché : il devient facultatif, à raison de deux heures de cours par semaine. Ekaterina Khodjaeva, sociologue et auteur de nombreux ouvrages sur les mouvements socio-ethniques au Tatarstan, revient pour Le Courrier de Russie sur ce bras de fer linguistique. Le Courrier de Russie : La république du Tatarstan est ethniquement composée d’environ 53,2 % de Tatars et de 39,7 % de Russes. A qui et pourquoi l’enseignement obligatoire du tatar à l’école posait-il problème ? Ekaterina Khodjaeva : Le principal problème résidait dans l’enseignement même de cette langue. Suite à sa désignation comme langue d’État dans la république, au début des années 1990, la législation du Tatarstan a, dans la foulée, garanti son enseignement obligatoire au même niveau que le russe, du primaire à la fin du secondaire, en raison de 5 à 6 cours hebdomadaires. Prise dans la précipitation, cette décision ne tenait toutefois pas compte de l’absence de programme, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

30 novembre 2017
Société

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L’entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la fermeture et la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou. Pour rappel : leur entrée était « interdite » aux homosexuels. Chronique d’un scandale. C’était son principal argument de vente : un écriteau en bois, disposé derrière les vitrines, proclamant « Entrée interdite aux pédés ». Et c’est aujourd’hui la principale raison de la revente de ses six boulangeries moscovites, à en croire un message plein de haine posté par Sterligov sur son compte Vkontakte le 1er novembre. « Le procureur fait fortement pression sur moi. Il voulait d’abord que j’enlève le mot pédé de ma pancarte car ce serait soi-disant un terme obscène, alors qu’il est totalement décent. Enfin, bref. Nous l’avons remplacé par sodomites, qui sont comme des pédérastes, sauf que c’est un mot biblique. Or, il s’avère que le vrai problème n’est pas le mot employé mais qu’ils veulent qu’on serve tout le monde, c’est-à-dire MÊME LES PÉDÉS, sinon, après des inspections, ils nous feront fermer. (…) En somme, on m’a proposé de choisir entre mon affaire et ma conscience. J’ai choisi ma conscience », […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

8 novembre 2017
Culture

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ? LCDR Radio en a concocté une petite compil’, inspirée par le portail d’information Arzamas.La MarseillaiseComme leurs confrères français de la fin du XVIIIe siècle, à qui ils vouaient une certaine admiration, les révolutionnaires bolchéviques se rassemblaient derrière la Marseillaise. Enfin, pas tout à fait la même – celle des travailleurs. Adaptée par le philosophe Piotr Lavrov en 1875, la Nouvelle Chanson, comme on avait aussi coutume de l’appeler, célébrait le reniement de l’ancien monde et appelait le peuple ouvrier à se soulever sur la mélodie originale de Claude Joseph Rouget de Lisle. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 octobre 2017