S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

La Russie devient non-fumeur

La Russie devient non-fumeur

Depuis le 1er juin 2014, il est interdit de fumer dans les bars et restaurants en Russie. Une restriction qui, semble-t-il, ne va pas déclencher un tollé – à en croire une enquête de l’hebdomadaire économique Kommersant Dengui, les Russes fument de moins en moins.Au cours du premier trimestre 2014, les grands fabricants de tabac ont constaté une baisse des ventes significative sur le marché russe. Ainsi, Japan Tobacco International (JTI), Philip Morris International (PMI) et British American Tobacco (BAT) ont-ils annoncé des baisses respectives de 12,1 %, 8,9 % et 12 %. De combien le marché de tabac a-t-il chuté en Russie ? Les producteurs ne s’accordent pas sur un chiffre. Pour PMI, la baisse est de 6,7 %, pour JTI, de 7,9 %, et pour BAT, de 8,2 %.L’agence étatique de statistique Rosstat constate une baisse encore plus importante : à l’en croire, la production de cigarettes en Russie a diminué de 21 % sur le premier trimestre 2014 par rapport à la même période de l’année précédente. Ainsi, on avait fabriqué en Russie, au cours du premier trimestre 2013, 76,4 milliards de cigarettes, alors que sur le premier trimestre 2014, ce chiffre n’est que de 60,4 milliards. Soit une diminution de 16 milliards de cigarettes – 800 millions de paquets ou 80 millions de cartouches.Pour les producteurs, cette chute s’explique en premier lieu par la hausse des droits d’accises sur le tabac, qui sont passés, depuis 2010, de 250 à 1040 roubles [environ 22 euros] pour 1000 cigarettes. L’augmentation la plus significative date de cette année : le taux des droits d’accises a augmenté de 42,5 %,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Inna Doulkina