« marches des millions » du 6 mai et 12 juin

Qui sont les OMON ?

Depuis décembre 2011, deux camps se font face lors des mouvements de contestation russes. D’un côté les manifestants, de l’autre : les forces anti-émeute russes, plus connues sous le nom de OMON. Qui sont ces hommes derrière leurs masques ? Comment voient-ils ces événements dont ils sont les acteurs ? Comment se perçoivent-ils ? Que pensent-ils de la Russie d’aujourd’hui ? Voici les réponses des membres de la brigade de Voronej, une des unités présentes lors des deux « marches des millions » du 6 mai et 12 juin derniers.Kommersant : Pourquoi êtes-vous devenus policier ?Andreï, 32 ans : Après mon service militaire, j’ai choisi un métier où l’audace, la force et une connaissance du maniement des armes étaient requises.Oleg, 26 ans : Je suis un ancien spetsnaz (forces spéciales russes). Après mon renvoi de cette unité, il m’était impossible de trouver un travail, autre que vigile ou OMON. J’ai choisi la deuxième option car je préfère servir mes concitoyens et ma Nation.Sergueï, 30 ans : J’étais para par le passé. Un jour, un ami m’a proposé de rejoindre les forces anti-émeutes. J’ai dit oui : ça ou un autre service, ça m’était égal.Vladimir, 28 ans : C’est un travail comme un autre.K : Quel est votre film ou livre préféré ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017