Pierre le désarmant
Société

Pierre le désarmant

L’astrophysicien français de renommée mondiale, Pierre Léna, était de passage à Moscou dans le cadre du programme La Main à la pâte, opération conduite par l’Académie des sciences de France et visant à donner le goût des sciences aux enfants dès leur plus jeune âge.

J’ai longtemps cherché ce qui m’avait tant ému dans cette rencontre avec Pierre Léna.

Etait-ce le récit de sa vocation ? 15 ans, le grand bureau du directeur de l’Observatoire de Paris. Le ciel, le télescope et l’air sévère qui vous dit que vous en avez pour cinq minutes. « Je voudrais m’intéresser aux étoiles ». « Faites Normale et revenez me voir ». Normale donc. Les années 50, tout le monde veut aller sur la Lune. La thèse, l’Arizona, le désert, le télescope, à miroirs cette fois-ci et pas à lentilles, très important les miroirs, presque autant que les étoiles. La puissance de la recherche américaine où, bizarrement, talent rime avec argent.

Etait-ce d’avoir appris comment se forment les étoiles ? « On savait qu’il y avait des poussière dans le ciel. Quand l’été on regarde vers le Sud la Voie lactée, on y observe de grandes taches sombres : ce sont des zones de poussière qui absorbent la lumière visible, s’échauffent et se mettent à émettre de la lumière infrarouge. Lorsqu’un nuage de poussière et de gaz s’effondre sur lui-même, il forme un disque qui tourne autour de la partie centrale,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Jean-Félix De la ville Baugé

Dernières nouvelles de la Russie

J’étais venu leur rendre leurs larmes : hommage aux victimes de l’attentat de Saint-Pétersbourg

L'attentat a fait 14 morts et une cinquantaine de blessés

 

7 avril 2017

Plantu : « Critiquer Poutine, je continuerai, mais il faut sortir de la caricature »

« Jean, mais Jean, ça fait trois fois que tu dessines une bite. »

 

9 février 2017

De la prison au théâtre : le fabuleux destin de Marina Klesheva

« J’ai cinquante ans, je commence tout juste à apprendre »

 

14 octobre 2016