Gay malgré lui

Le 29 mai dernier, Moscou a vécu sa première Gay Pride sans arrestation ni violence. Rencontre avec l’un de ses participants (ou presque).

Beau parleur aux épaules carrées, Augusto est tout ce qu’il y a de plus italien. En janvier dernier, à la recherche d’un stage en Russie, il prend contact avec Nikolaï Alekseev, président de l’association Gay Russia qui organise la Gay Pride moscovite. Seul problème, Gay Russia est une organisation fantôme en Russie. N’ayant pas l’autorisation de s’enregistrer auprès des autorités, elle est réduite à la clandestinité. Et pour Augusto, pas d’association officielle, pas de visa. Notre sympathique Italien se voit donc contraint de trouver un stage dans une organisation plus « sérieuse », mais compte bien profiter malgré tout de son temps libre pour militer un peu. C’est ainsi qu’il devient quelques mois plus tard, sans vraiment s’y attendre, la vedette de la Gay Pride 2010.

« Je suis Européen et j’ai honte »

La Gay Pride, dans de nombreuses villes du monde, c’est avant tout une fête, un joyeux rassemblement débridé d’homos et d’hétéros venus se vanter de leur ouverture d’esprit et faire la nique à une poignée d’irréductibles homophobes sous une pluie de capotes gratuites et de flyers aguicheurs.

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Dorothée Brugère