Rencontre avec Patrice Gélard, président du groupe France-Russie au Sénat

Patrice Gélard : « Les Russes font des efforts pour enseigner le français, pourquoi n’en faisons-nous pas autant ? »

Dans la célèbre salle des conférences du Sénat, où tout n’est que luxe, dorures et miroirs, Patrice Gélard (sénateur UMP Seine-Maritime) évolue avec un naturel étonnant. Vivant – bon vivant – plaisantin et plein d’anecdotes puis, tout à coup, sérieux lorsque l’on aborde des questions graves, il conte son expérience de la Russie, longue de quarante ans, et ses combats d'aujourd'hui.

« J’ai choisi cette spécialité parce que rien ne change », avait-il pour habitude de dire, en plaisantant, à ses étudiants. Professeur de droit soviétique à l’Institut de droit comparé pendant près de quarante ans, il n'a, en effet, affaire qu'à une ou deux nouvelles lois par an, qui ne bouleversent que peu de chose... Il fera pourtant partie de ceux qui mettront la main à la pâte lors de la naissance de nouveaux états, sortis de l'antre de l'ex-URSS. Consulté par Gorbatchev pour l'une des révisions constitutionnelles en Russie, Patrice Gélard est également l'un des pères de la constitution du Kazakhstan. Rôle auquel, sans le savoir, il se préparait déjà en 1956 lorsqu’il entrait aux Langues’O pour apprendre le russe – mû par son amour pour la musique de Chostakovitch –, faisait du droit et soutenait deux thèses : sur l’évolution juridique du régime des kolkhozes et sur les organisations de masse en URSS. « A l’époque, il n’était pas facile de se rendre en URSS : on m'avait dit qu'il fallait appartenir aux jeunesses musicales de France, aux jeunesses communistes, ou aux jeunesses radicales. J’étais membre des jeunesses radicales, et pourtant, on m’a affirmé qu’il n’y avait plus de places pour le voyage en Russie… » Il devient alors l'assistant de Michel Lesage, professeur de droit russe, avec lequel il continuera à travailler pendant près de cinquante ans, jusqu'à la mort de ce dernier. Suivent les premières missions en Russie, mais aussi en Ouzbékistan et en Géorgie... « Tous ceux qui se sont occupés de la Russie ont été mes étudiants ! », s'exclame-t-il, tel un heureux père de famille nombreuse.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Daria Moudrolioubova

Dernières nouvelles de la Russie

Yves Zlotowski : « La Russie a prouvé sa capacité à gérer une crise »

Interview avec Yves Zlotowski, conomiste en chef du département risque pays et études économiques chez Coface

 

28 mai 2010

Les Ballets Russes : cent ans après

Parmi les 67 ballets créés par la troupe de Diaghilev en vingt ans, plusieurs ont, en une soirée, propulsé des années en avant l’art de la danse – et, bientôt, les critiques clamaient : « Un printemps n’est pas un printemps sans les Ballets Russes ».

 

18 septembre 2009

Péchés de jeunesse

La vie d’un jeune provincial, un temps soldat en Tchétchénie, un temps commis boulanger, videur dans une boîte de nuit ou croque-mort… et toujours poète – se déroule sur les pages du Péché, roman en nouvelles de Zakhar Prilepine, lauréat du prix Bestseller 2008 en Russie.

 

31 juillet 2009