Fête des lumières, métro au cimetière

Fête des lumières, métro au cimetière

Il fut d’abord enterré à Smolenskoïe, puis transféré à Volkovskoïe pour « raisons littéraires ». Si le « cimetière des écrivains » (Volkovskoïe) s’est emparé du corps, le « cimetière des nobles » (Smolenskoïe) a conservé jalousement le monument funéraire dédié au grand poète.Pendant que les deux anciens cimetières continuent de se disputer, l’administration d’un autre cimetière – Nikolskoïe, dont la fondation date de 1861 – se fait des cheveux blancs en tentant de résoudre le mystère des tombeaux de Kokochkin et Chingarev, députés de l’Assemblée Constituante de 1918. Il se trouve que, depuis leur enterrement, les fleurs de leurs tombeaux ne fanent jamais. Toutes les nuits, déjouant la vigilance des agents de sécurité, un inconnu dépose un nouveau bouquet. Inquiets et parfois désemparés, les employés du cimetière n’ont qu’à admettre leur impuissance face à cette extraordinaire manifestation de fidélité.Tout aussi complexes s’avèrent les relations entre les cimetières et les autorités municipales. Ces dernières s’affirment très préoccupées par la question du respect des installations,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastassia Petrova

Dernières nouvelles de la Russie

Kvartirnik au corned beef

Nous sommes le 10 juillet. À 18h30, j’arrive à la station de métro Elizarovskaia pour rencontrer les fans d’Alexandre Sctcherbina et Choura Soukhanov, en concert ce soir chez Dmitri Gorokhovski, gourou des « kvartirniks »¹ de Saint-Pétersbourg.

 

31 juillet 2009