Samara Rénovations Une

Le Tom Sawyer Fest au secours du centre historique de Samara

Désireux de protéger le centre historique de Samara, l’historien et journaliste Andreï Kotchetkov lance, en 2015, le Tom Sawyer Fest. Le jeune homme réunit des bénévoles afin de rénover les nombreuses vieilles maisons de bois du centre-ville. Depuis, le festival ne cesse de gagner en popularité et s’exporte déjà à travers toute la Russie. Andreï explique à la revue Rousski Reporter pourquoi il aime le Vieux Samara, la différence entre les « citadins » et les « habitants » et ce qui fait le succès de son festival.Rousski Reporter : Comment tout a commencé ?Andreï Kotchetkov : J’ai toujours adoré me promener. Un jour, quand j’étais petit, mon père m’a montré le centre historique de Samara. J’y ai découvert les chambranles, les façades et les sculptures des vieilles maisons. Je me suis pris d’affection pour cette partie de la ville parce qu’elle est humaine : elle n’oppresse pas l’homme par ses dimensions. On ne peut pas en dire autant des quartiers d’immeubles modernes. À l’instar de la Volga, le centre historique est un trait unique de l’identité samarienne. Privée de cette identité, la ville perdrait encore davantage de sa valeur auprès de ses habitants.Il est important que le ciel soit visible depuis le centre. Nous vivons dans une ville avec un ciel magnifique, des couchers de soleil exceptionnels, des nuages qui forment parfois des tableaux incroyables, de nombreux jours de soleil, etc. Le ciel est essentiel pour nous. Or, en commençant à construire des immeubles dans une ville, on perd cet élément vital.Avec ce festival, nous essayons de préserver notre sensation de vivre dans une ville antique. À Kazan, par exemple, le centre historique a été presque entièrement détruit, et les habitants s’accrochent aux rares îlots restants.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Se remettre à rêver

La fin des idéologies touche durement la Russie, où même la jeunesse a perdu l’habitude de rêver. Le politologue Gueorgui Bovt s’en inquiète dans une tribune pour Gazeta.ru.

 

23 août 2019

La Géorgie, le paradis des enfants

Les récentes tensions entre Moscou et Tbilissi n’ont pas fait fuir la communauté russe installée en Géorgie (environ 26 000 personnes, soit moins d’1 % de la population totale). Le site Mel, spécialisé dans l’éducation, a rencontré Tatiana, Evguenia et Anna, trois jeunes mères de famille russes qui ont choisi ce pays pour y élever leurs enfants.

 

2 août 2019

Les vingt ans du festival Nachestvié :
Du rock la tête dans les étoiles

Le plus grand festival de rock russe, Nachestvié [« Invasion »], célèbre, du 18 au 21 juillet, son vingtième anniversaire. Cette année encore, plus de deux cent mille personnes sont attendues en rase campagne pour faire la fête.

 

18 juillet 2019