Le Courrier de Russie

Kazan, capitale à deux têtes

Imaginons un être ordinaire, disons un Européen, un peu arrogant et bourré de préjugés sur le reste du monde. Certes, il est cultivé, mais il n’a accès qu’à l’information qu’on lui donne, et dont, un peu malgré lui, il se contente.

Imaginons donc que cet homme, à la fois érudit et ignorant, se dise un jour que, n’ayant rien de mieux à faire, il pourrait ma foi !, se rendre en Russie, qu’a priori, il n’aime pas – mais qu’à cela ne tienne – ça lui fournira, au pire, une excellente occasion de râler un peu.

Comprenons bien que cet homme ne donnera plus jamais à la Russie une seconde chance puisqu’à la base, après tout – il s’en fout. […]