Le Courrier de Russie

Togliatti : une ville neuve en URSS

Le musée Chtchoussev d’architecture de Moscou accueille jusqu’au 9 octobre une exposition sur la ville de Togliatti, conçue et réalisée par Fabien Bellat, chercheur en histoire de l’art à l’Université Paris X. Le Courrier de Russie a suivi le guide.

La Russie, c’est une histoire riche et mouvementée, de plus de dix siècles de développement ininterrompu. Dans ce passé sombre et héroïque, le pays puise son inspiration et trouve la force d’aller de l’avant. Mais la Russie, c’est aussi le renouvellement permanent et la projection vers l’avenir. La vieille Russie possède un fort potentiel de rajeunissement et de réinvention d’elle-même. À chaque tournant de l’Histoire, le pays se réinvestit d’une nouvelle mission. Et va parfois tellement vite qu’il en devient difficile de le saisir dans sa course et de comprendre le sens de ses réalisations.

C’est pourtant ce qu’a tenté Fabien Bellat, historien de l’art et spécialiste de l’architecture soviétique, avec son exposition sur la ville de Togliatti. La cité incarne, par son histoire, l’idée de la régénération et la quête de modernité. Fondée en 1737 par le célèbre géographe et diplomate Vassili Tatichtchev, cette petite forteresse de bois sur les rives de la Volga avait été baptisée Stavropol – la « ville de la Sainte croix », en grec.

Ses premiers habitants furent des nomades kalmouks sédentarisés. Convertis à l’orthodoxie, ils ont fondé une descendance si nombreuse que, en 1917 environ, la ville recensait déjà 7 000 âmes. La petite ville patriarcale aux maisons de bois et aux rues boueuses a gardé un aspect quasiment intact jusqu’en 1951 : date à laquelle Staline a décidé de construire, […]